PÉKIN, Chine — La Canadienne Rachel Homan a toutes les raisons d’être confiante alors qu’elle se prépare à livrer le match pour la médaille d’or au Championnat du monde de curling féminin.

La skip d’Ottawa n’a toujours pas perdu un match à Pékin. Sa plus récente victoire — 7-3 face à la Russe Anna Sidorova dans le match opposant les équipes classées première et deuxième — lui a permis d’assurer sa place dans la finale de dimanche.

Une victoire de plus permettrait à Homan, Emma Miskew, Joanne Courtney et Lisa Weagle de mettre la main sur leur premier titre mondial. Elles pourraient également devenir la première équipe à le faire sans subir une seule défaite.

«Ça semble irréel, a déclaré Homan. Nous sommes excitées de représenter le Canada en finale. On ne sait pas ce qui va se passer, mais nous allons tout donner. Une victoire représenterait beaucoup pour nous.»

Le Canada n’a pas gagné le titre mondial depuis le sacre de Jennifer Jones, à Vernon, en Colombie-Britannique, en 2008. Homan a gagné une médaille de bronze en 2013, à Riga (Lettonie), et une d’argent l’année suivante, à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

Face à Sidorova, Homan a rapidement pris les devants en marquant un point au deuxième bout. Sidorova a répliqué avec deux au troisième, ce que Homan a aussi réussi au bout suivant. Elle a volé un autre point au cinquième.

Les deux skips ont échangé un point aux sixième et septième bouts, avant que Homan ne vole un point aux huitième et neuvième pour s’assurer la victoire.

«Je pense que nous avons réussi plusieurs coups importants dans ce match, a déclaré Miskew. La glace était un peu différente de ce qu’elle a été le reste de la semaine, mais c’est toujours ce qui se produit en matchs éliminatoires, lorsqu’il n’y a qu’une rencontre à la fois de disputée.

«J’estime que nous avons fait du bon travail en effectuant les lancers dont nous avions besoin lors de moments clés.»

Sidorova n’a montré un taux d’efficacité que de 69 pour cent, contre 90 pour Homan.

«L’équipe était trop nerveuse, a admis Sidorova. Le bon côté de se qualifier en première ou deuxième place, c’est que vous obtenez deux chances d’atteindre la finale. Nous sommes encore en vie.»

La Russie obtiendra cette deuxième chance en participant à la demi-finale de samedi. Son adversaire sera la gagnante du duel opposant la Suédoise Anna Hasselborg à l’Écossaise Eve Muirhead, qui s’affronteront dans le match éliminatoire entre les équipes classées nos 3 et 4, samedi matin.

Seulement deux équipes ont complété le tournoi à la ronde avec une fiche parfaite. La Canadienne Colleen Jones (2003) et la Suédoise Anette Norberg (2005) sont les deux autres. Jones a remporté l’argent, tandis que Norberg avait été couronnée, non sans échapper le match enter les équipes classées 1 et 2.

«Nous sommes très heureuses d’être assurées d’une médaille, a souligné Miskew. Nous n’avons rien à perdre maintenant.»

La Suisse a amorcé le tournoi comme triple championne en titre, mais la skip Alina Paetz ne s’est pas qualifiées pour les matchs éliminatoires en raison de sa fiche de 5-6 dans le tournoi à la ronde.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!