MONTRÉAL — Ambroise Oyongo a fait une première sortie publique depuis qu’un malentendu avec sa fédération nationale l’eut forcé à rentrer à Montréal avec 24 heures de retard, une situation qui l’a finalement contraint à rater le match de l’Impact de samedi.

L’arrière latéral âgé de 25 ans avait d’abord déclaré s’être senti abandonné par la Fédération camerounaise de football, soutenant ne pas avoir reçu de billet de retour après un séjour en Belgique après un match amical du Cameroun contre la Guinée.

Mercredi, Oyongo a expliqué qu’il avait demandé à la fédération de changer son vol pour rentrer à Montréal et que c’était à ce moment qu’un malentendu l’avait forcé à passer 24 heures supplémentaires dans la capitale belge. Oyongo croyait pouvoir prendre un vol pour Montréal mercredi après-midi, alors qu’il n’y avait qu’un vol direct d’Air Canada à destination de Montréal à partir de Bruxelles par jour, en matinée.

«J’ai demandé à changer parce que je pensais qu’il y avait deux vols et la fédération pensait aussi qu’il y avait d’autres vols, dont un qui passait par Francfort, a expliqué Oyongo. Mais il n’y a pas eu de vol et j’ai dû attendre le vol du lendemain matin.»

Oyongo a aussi confirmé que c’était l’Impact qui était venu à sa rescousse en lui achetant un billet de retour.

«Je me suis senti un peu abandonné, mais la situation s’est rétablie avec le club, qui m’a pris un billet le plus vite possible», a-t-il ajouté.

Il est finalement arrivé à Montréal jeudi et n’a participé qu’à un seul entraînement avant le départ de l’équipe pour Chicago, vendredi. L’entraîneur-chef Mauro Biello a ensuite préféré Daniel Lovitz à Oyongo pour le duel face au Fire, samedi, un verdict nul de 2-2.

Biello a réfuté la théorie selon laquelle Oyongo avait été exclu de la formation partante en guise de sanction pour son retard.

«Il avait effectué un long voyage à 48 heures de notre match, puis nous avions notre voyage vendredi (vers Chicago), a rappelé Biello. C’était mieux de ne pas le mettre comme partant.»

De son côté, Oyongo a dit respecter la décision de Biello.

«Ç’a donné la chance à d’autres de démontrer leur savoir-faire. On ne sait jamais comment les chances vont se présenter dans la vie, a-t-il philosophé. L’entraîneur a fait son choix et je le respecte. Je suis de retour au travail et je travaille fort. J’espère connaître un gros match vendredi et faire oublier tout ça.»

Selon différents médias camerounais, Oyongo pourrait être puni par la fédération nationale pour sa sortie publique en étant exclu de la sélection de l’équipe. Il pourrait donc rater la Coupe des confédérations, du 17 juin au 2 juillet, en Russie, quelques mois après avoir aidé le Cameroun à remporter la Coupe d’Afrique des nations.

Par ailleurs, Biello n’a pas été en mesure de confirmer si le défenseur Laurent Ciman serait à son poste vendredi, quand l’Impact rendra visite au Galaxy de Los Angeles. Ciman s’est blessé à un genou pendant son séjour avec la sélection belge et il a raté le match face au Fire.

Le milieu de terrain Ignacio Piatti devrait aussi rater l’affrontement contre le Galaxy, en raison d’une blessure à la hanche. Piatti s’est entraîné en solitaire mercredi.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!