JASON FRANSON JASON FRANSON / La Presse Canadienne

REGINA — Les Roughriders de la Saskatchewan ont libéré le demi défensif Justin Cox, qui aurait été impliqué dans un cas de violence conjugale.

Les Roughriders ont mentionné que la décision avait été prise après avoir été informés de la situation.

La police allègue qu’une femme originaire de Regina, âgée de 23 ans, a subi des blessures apparentes découlant d’une attaque physique survenue dimanche. En conséquence, Cox a été placé en détention mardi, a précisé la police.

«Je m’excuse auprès des partisans pour mes gestes et mes décisions. La vérité ne sera connue que par ceux qui étaient là au moment de l’incident, a déclaré Cox sur son compte Twitter officiel. Je tiens à remercier les Roughriders de la Saskatchewan de m’avoir donné une chance de réaliser mon rêve, et je suis désolé de vous avoir déçu.»

Le commissaire de la LCF, Jeffrey Orridge, a déclaré dans un communiqué qu’il invaliderait toute tentative d’une équipe de la LCF de mettre Cox sous contrat.

«Nous devons tous faire tout ce qui est en notre possible pour assurer la sécurité des femmes et insister pour que les agresseurs aillent chercher l’aide dont ils ont besoin pour changer leurs comportements et mettre fin à la violence», pouvait-on lire dans le communiqué du commissaire.

Cox avait été libéré des Chiefs de Kansas City en 2015 après avoir été arrêté et accusé de violence conjugale à deux reprises en moins d’un an.

L’ex-joueur de l’Université Mississippi State avait accepté une prolongation de contrat de deux ans des Roughriders en décembre après avoir effectué 42 plaqués défensifs et quatre interceptions en 15 matchs en 2016, en route vers l’obtention du titre de recrue par excellence des Roughriders.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!