EDMONTON — Quand il est question de matches ultimes, Patrick Maroon souhaite avant tout prolonger les misères de son ancien club dans cette catégorie.

Les Ducks l’ont envoyé aux Oilers à la date limite des échanges l’an dernier, en retour d’un joueur d’avenir et d’un choix de quatrième tour.

Quand le seul club de la LNH dont vous avez porté le chandail vous envoie ailleurs, il y a quelque part une motivation de plus dans un match important. Et l’enjeu sera de taille mercredi, au Honda Center. Les vainqueurs accéderont à la finale de l’Ouest, où les attendent les Predators de Nashville.

«Je me sentirais bien si ça arrivait, a dit Maroon. Même très très bien.»

Lors des quatre dernières années, la route des Ducks en séries s’est terminée par une défaite à domicile dans un match numéro 7.

Maroon l’a vécu en 2015 (aux griffes des Blackhawks de Chicago, en finale de l’Ouest), mais aussi en 2014 (devant les Kings de Los Angeles, au deuxième tour).

Cette saison avec les Oilers, le gaillard de six pieds trois et 227 livres a établi des sommets personnels avec 27 buts et 42 points, ratant une seule rencontre.

Jouant aux côtés du centre et capitaine Connor McDavid, Maroon a inscrit deux buts et sept points dans la série en cours.

«L’organisation m’a donné la chance d’exceller en me faisant confiance et en me donnant l’occasion de jouer avec les meilleurs éléments», résume t-il.

Dans un septième match, il faut rester calme et y trouver de l’agrément, dit Maroon, un hockeyeur de 29 ans de St. Louis.

«Il va y avoir une certaine nervosité, mais il ne faut pas paniquer, explique t-il. Un match ultime, on ne peut pas demander mieux comme stimulant.»

Vu les résultats probants dans le gain de 7-1, on s’attend à revoir Leon Draisaitl au centre du deuxième trio. L’Allemand de 21 ans a obtenu trois buts et cinq points, dimanche.

Ryan Nugent-Hopkins et Jordan Eberle, du troisième trio, n’ont pas encore marqué depuis le début des séries.

«Vos troisième et quatrième lignes peuvent avoir un impact énorme en match ultime, a dit l’entraîneur des Oilers, Todd McLellan. Nous allons espérer que ce soit le cas.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!