MONTRÉAL — Marie-Philip Poulin devra relever un autre défi de taille lors des Jeux olympiques de Pyeongchang l’hiver prochain: celui d’être la meneuse d’Équipe Canada.

Poulin fait partie de la cohorte de quatre hockeyeuses québécoises qui ont été invitées au camp d’Équipe Canada en prévision du tournoi des Jeux olympiques d’hiver de 2018. La gardienne Ann-Renée Desbiens, de La Malbaie, la défenseuse Lauriane Rougeau, de Beaconsfield, et l’attaquante Mélodie Daoust, de Valleyfield, sont les autres joueuses québécoises à avoir été retenues par Hockey Canada.

La Beaucerone âgée de 26 ans a indiqué en téléconférence, jeudi, être prête à remplir les chaussures d’une meneuse, comme l’a fait Caroline Ouellette lors des Jeux olympiques de Sotchi en 2014, notamment.

«C’est sûr que d’avoir pu côtoyer ces filles-là, des légendes, ça m’a permis d’apprendre beaucoup de choses, a convenu Poulin, qui a marqué les buts égalisateur et victorieux en prolongation dans le gain de 3-2 du Canada contre les États-Unis en finale du tournoi olympique de Sotchi en 2014. C’est un pas de plus dans la bonne direction. C’est une nouvelle équipe, et c’est maintenant à nous de faire en sorte que nous nous dirigeons dans la bonne direction pour obtenir, en fin de compte, la médaille d’or.»

Hockey Canada a dévoilé jeudi sa liste de 28 joueuses invitées au camp de centralisation. Celles qui n’habitent pas à Calgary devront s’y rendre à compter du 1er août pour s’entraîner à temps plein avec leurs coéquipières.

Au total, trois gardiennes, neuf défenseuses et 16 attaquantes ont été invitées. Parmi celles-ci, 14 ont contribué à la conquête de la médaille d’or à Sotchi en 2014. De plus, 21 des 28 joueuses invitées ont vécu la défaite de 3-2 subie en prolongation contre leurs éternelles rivales, les Américaines, en finale du dernier Championnat du monde de hockey féminin à Plymouth, au Michigan, en avril.

Selon Poulin, cet échec rehaussera le niveau de motivation des joueuses canadiennes lors du camp de centralisation.

«Ça fait trois championnats du monde de suite que nous perdons en finale, a-t-elle d’abord rappelé. Le fait que nous ayons ça constamment en tête, et que nous soyons 28 filles à s’entraîner ensemble des mois avant le début du tournoi olympique, je crois que c’est un plus. Nous allons y aller un jour à la fois, et nous assurer d’avancer dans la bonne direction.»

Les invitées ont été choisies par l’entraîneuse Laura Schuler et Melody Davidson, la directrice générale des programmes de hockey féminin canadiens.

«Nous avons hâte de poursuivre notre préparation en prévision de Pyeongchang avec ce groupe d’athlètes, a déclaré Schuler. Ce fut un processus de sélection difficile et nous sommes heureuses d’avancer d’un pas dans cette aventure.»

Les représentantes de l’unifolié convoitent une cinquième médaille d’or olympique consécutive.

Le Canada peut sélectionner 23 joueuses — 20 patineuses et trois gardiennes — pour les Jeux de Pyeongchang, en Corée du Sud. La formation finale devrait être dévoilée vers la fin du mois de décembre.

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!