OTTAWA — L’idée de se venger n’occupe pas les pensées du défenseur Marc Methot alors que les Sénateurs d’Ottawa se préparent à affronter Sidney Crosby et les Penguins de Pittsburgh en finale de l’Association Est.

Methot a subi une sévère lacération de l’auriculaire de la main gauche lorsque Crosby, qui n’a pas été puni sur la séquence, a donné un coup de bâton sur la main du défenseur, le 23 mars. La blessure a forcé Methot à rater les neuf dernières rencontres de la saison régulière ainsi qu’un match des séries éliminatoires.

«En ce qui me concerne, tout ça est derrière moi. Je me concentre uniquement sur la série et sur les Penguins, et dorénavant, ce sera mon objectif, a déclaré Methot jeudi. Je vais jouer de façon combative contre lui comme contre n’importe quel autre rival avec, en tête, l’idée de gagner.»

Les Sénateurs ont éliminé les Rangers de New York en six matchs en demi-finale de l’Association Est, un triomphe qui leur a permis d’accéder à la finale d’association pour la première fois depuis 2007, et la troisième fois de leur histoire.

La série, qui prendra son envol samedi soir à Pittsburgh, sera la cinquième entre les deux organisations. Les Penguins ont gagné les trois dernières, leur plus récente victoire remontant à la saison 2012-2013 lorsqu’ils avaient éliminé les Sénateurs en cinq matchs.

Une fois de plus, les Sénateurs seront vus comme les négligés, un rôle auquel ils ont fort bien réagi chemin faisant vers des victoires contre les Bruins de Boston et face aux Rangers.

«Personne ne va nous choisir pour gagner, c’est certain. Mais en bout de ligne, il vous faut gagner quatre matchs, et c’est difficile à accomplir», a fait remarquer l’attaquant Clarke MacArthur.

Au fil des deux premiers tours des séries éliminatoires, les Sénateurs ont souvent frustré leurs adversaires grâce à l’efficacité de leur jeu en zone neutre. Ils savent, aussi, qu’ils devront adopter et mettre en pratique le système de l’entraîneur-chef Guy Boucher dans l’espoir de vaincre les Penguins.

«Ce n’est pas le genre de série où vous pouvez espérer les dominer ou tenter de constamment les frapper, parce que c’est dans ces circonstances qu’ils se surpassent et placent l’adversaire dans une situation difficile, a observé Methot.

«Lorsque vous tentez de les sortir de l’édifice, on dirait qu’ils ne font que s’accrocher davantage. Et lorsque vous commencez à vous sentir un peu fatigués, il leur faut un seul beau jeu pour marquer un but. Pour nous, notre structure est plus importante que jamais.»

Les Sénateurs devront trouver aussi un moyen pour contenir Crosby, qui semble laisser sa marque chaque fois que ces deux équipes s’affrontent. Le capitaine des Penguins totalisent 33 points, dont 14 buts, en 20 matchs éliminatoires contre les Sénateurs.

«Il est le leader des Penguins, celui qui pousse ses coéquipiers, et il est le meilleur attaquant dans la ligue. Lorsque vous regardez ses habiletés, vous voyez un joueur capable de faire beaucoup avec peu d’espace et peu de temps, note le défenseur Dion Phaneuf, qui prendra part à la première finale d’association depuis son entrée dans la LNH.

«Il est très, très fort avec la rondelle, mais les Penguins comptent sur d’autres joueurs très talentueux, a aussi déclaré Phaneuf. Ce sera un défi pour notre équipe. Lorsque vous affrontez ces joueurs, vous devez les traiter comme n’importe quel autre joueur de talent. Ils veulent avoir du temps, ils veulent avoir de l’espace, et il faut donc limiter leur temps et leur espace.»

Les Sénateurs devraient pouvoir compter sur tous leurs joueurs, à l’exception du défenseur Mark Borowiecki, qui n’a pas joué depuis le deuxième match de la série contre les Bruins.

Cela dit, le directeur général Pierre Dorion a fait remarquer qu’à peu près personne n’est à 100 pour cent.

Dorion, par ailleurs, est épaté par les réalisations de son équipe jusqu’à maintenant, et il pense qu’elle veut encore prouver des choses.

«Nos joueurs semblent très heureux d’avoir gagné la série contre les Rangers, mais ce qui m’impressionne de leur attitude, c’est qu’ils ne me paraissent pas satisfaits. Je pense qu’ils se croient capables de faire mieux encore.»

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!