MONTRÉAL — C’est vrai: toutes les formations de la Ligue canadienne de football font preuve d’un grand optimisme avant d’amorcer leur camp d’entraînement. Mais selon Jacques Chapdelaine, les partisans des Alouettes de Montréal ont de très bonnes raisons de croire que leurs favoris connaîtront à compter de 2017 de bien meilleurs jours.

Pour le nouvel entraîneur-chef des Alouettes — qui a mené l’équipe à une fiche de 4-2 après avoir remplacé Jim Popp sur les lignes de côté —, ce sont les changements apportés à la fin de la dernière campagne et renouvelés lors du mini-camp en Floride qui lui permettent de croire que son équipe est maintenant sur la bonne voie.

«Ce qui s’est produit l’an dernier, à la fin de la saison, c’est un changement d’identité, de culture au sein de notre équipe, a indiqué Chapdelaine au cours d’une téléconférence mise sur pied par la LCF, jeudi. J’ai pu en être de nouveau témoin au mini-camp de la Floride: bien que nous n’avions pas joué ou ne nous étions pas entraîné depuis octobre passé, cette énergie positive était encore là. Les joueurs qui se sont ajoutés ont adopté la philosophie, l’identité de l’équipe. (…) On aime voir la façon dont cette complicité, cette synchronicité, continue de se développer.»

Son patron, le nouveau directeur général Kavis Reed, n’est pas étranger à ce renouvellement: il a acquis plusieurs nouveaux joueurs afin de changer le ‘look’ de l’équipe au cours des derniers mois.

«Ces nouveaux venus sont de très bons joueurs, a noté Chapdelaine. J’ai bien aimé la façon dont le mini-camp s’est déroulé. Il n’y a pas eu beaucoup d’erreurs au point de vue de l’exécution. J’ai trouvé que les gars avaient commencé à développer une chimie très rapidement. Comme Darian (Durant) l’a mentionné, on va intégrer plus de jeux, le système va commencer à se développer. On va franchir une autre étape en défensive également, avec l’ajout d’un joueur canadien. Il va falloir s’assurer que tout le monde demeure sur la même longueur d’ondes pour être certains que nos idées soient toutes alignées. Au point de vue du talent, de notre philosophie, de la direction et de l’attitude des joueurs, on continue de profiter du changement qu’on a pu voir à la fin de la dernière campagne.»

Excité à l’idée de travailler sous les ordres de son vieux rival Anthony Calvillo, Durant a bien apprécié le premier contact qu’il a eu avec son nouveau groupe de receveurs.

«Notre attaque a beaucoup de potentiel, a mentionné le nouveau quart des Alouettes. Les trois jours de travail que nous avons eus en Floride nous aideront grandement à mettre en place une chimie au camp d’entraînement. J’ai hâte de travailler avec Nik Lewis, Ernest Jackson, B.J. Cunnigham et les autres. Je pense qu’il n’y a pas de limite à ce que nous pourrons accomplir avec ce groupe. (…) Nous avons le potentiel de réaliser de grandes choses, c’est certain.»

Vraisemblablement, Vernon Adams fils écopera de la venue de Durant. Mais pas question pour Chapdelaine de répéter les erreurs du passé en négligeant de développer un deuxième quart de qualité.

«Dans le passé, les équipes que j’ai dirigées avaient toujours comme philosophie de développer la relève. Avec les Lions, on a su préparer Travis Lulay, Buck Pierce, Casey Printers, Mike Rilley: tous des gars qui se sont développés derrière le quart partant. À Regina, même si nous avions Darian et Kevin Glenn, on a été capables de monter un très, très jeune Brett Smith afin qu’il soit prêt à négocier avec les éléments en place. L’an passé même, on a été capables de fournir une formation au sein de laquelle Vernon Adams a pu contribuer aux victoires en fin de saison. C’est en place, et on va pouvoir commencer à développer de très bons joueurs dès le début de la saison.

«Darian, c’est un joueur établi. Au camp, nous aurons Vernon Adams, Jacory Harris et Matthew Shiltz: tous des joueurs qui, selon moi, seront capables, non seulement en apprenant de Darian Durant, mais sous la tutelle d’Anthony et la formation que je veux mettre en place, (…) de nous donner une opportunité de gagner si Darian n’est pas en mesure de jouer.»

Si les Alouettes veulent connaître du succès et participer aux éliminatoires de la LCF — ce qu’ils n’ont pas fait depuis deux ans —, Chapdelaine a reconnu que le début de saison sera important.

«Je pense que c’est important pour toutes les équipes, particulièrement pour la nôtre, de connaître un bon début de campagne. Plus la saison progresse, plus les équipes disposent d’informations à votre sujet et les défenses sont plus efficaces. Vous devez aussi surmonter l’usure de la saison, qui se fait de plus en plus sentir. Alors c’est important de partir sur les chapeaux de roue.

«Comme organisation, il faut s’ajuster de semaine en semaine. (…) On ne veut pas arriver à plat à la fin de la campagne. C’est important d’être compétitifs dès la sortie des blocs et de nous assurer de bien terminer la saison également.»

Les Alouettes lanceront leur camp d’entraînement le 24 mai avec les recrues. Les vétérans se présenteront le dimanche, 28 mai, au campus de l’Université Bishop’s, à Lennoxville. L’équipe disputera ensuite deux matchs préparatoires, le 8 juin à Toronto et le 15 juin à Montréal, face au Rouge et Noir d’Ottawa, avant d’entreprendre sa saison le 22 juin, en recevant la visite des Roughriders de la Saskatchewan.

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!