Paul Chiasson Paul Chiasson / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Le contexte était idéal pour l’Impact, alors qu’il affrontait un adversaire réduit, mardi soir dans le match retour de la demi-finale du Championnat canadien.

Un peu comme la formation montréalaise la semaine précédente lors du match aller, les Whitecaps étaient arrivés à Montréal après avoir joué en MLS samedi et l’équipe vancouvéroise avait donc laissé neuf joueurs derrière elle.

Pendant ce temps, les particularités du calendrier de la MLS ont fait que l’Impact n’a pas joué au cours du week-end et l’entraîneur Mauro Biello a été récompensé pour sa gestion de son effectif.

«Quand nous avions regardé le calendrier, nous savions que nous allions devoir laisser des joueurs derrière nous lors du premier match, a raconté Biello après la victoire des siens. L’objectif était de faire suffisamment bien pour avoir une chance de gagner la série lors du match retour à la maison. Et avec quatre jours de congé avant notre prochain match face aux Red Bulls de New York, nous avons assez de temps pour récupérer.

«Eux, ils ont dû modifier leur formation et voyager après le match de samedi. C’est comme ça. Ç’a joué en notre faveur et c’est nous qui accédons à la finale.»

L’Impact a donc effacé un retard de 2-1 après la première manche et a gagné la série au total des buts par un pointage cumulatif de 5-4 grâce à un gain de 4-2 au stade Saputo. Outre le gardien Maxime Crépeau et Dominic Oduro, en relève à Ballou Tabla, blessé, Biello a envoyé sa formation régulière sur le terrain lors de la deuxième manche et l’équipe a bien répondu au défi.

Biello a opté pour un 4-3-3 avec Marco Donadel, Blerim Dzemaili et Patrice Bernier en milieu de terrain. Le trio a connu un autre fort match, après avoir fait une bonne première impression dans un gain de 4-1 contre les Timbers de Portland 10 jours plus tôt.

«Nous voulions leur donner l’occasion de continuer à développer une cohésion et ils ont bien fait tous les trois», a mentionné Biello.

«Vancouver est arrivé ici avec un avantage de 2-1 et il était important de jouer intelligemment et nous avons fait du bon travail en première demie, a ajouté Biello. Nous avons créé des trois contre deux en zone 1 et en zone 2. Nous trouvions les espaces. Si vous êtes capables de forcer l’adversaire à jouer sur les talons, vous allez marquer des buts.»

Questionné sur la cohésion qui s’est rapidement développée au sein du trio de milieux de terrain, Bernier semblait très enthousiaste de voir l’évolution du jeu de l’équipe.

«J’ai du plaisir à jouer avec Marco et Blerim. Ce sont des gars qui veulent le ballon et quand les gars bougent, c’est plus facile de faire des combinaisons et de contrôler le tempo — ce qui est bon pour nous les vieillards, a affirmé le vétéran âgé de 37 ans. Ça devient aussi plus facile pour Nacho (Ignacio Piatti), (Anthony) Jackson-Hamel et Dom (Oduro) d’avoir le ballon.»

L’arrivée de Dzemaili n’est pas négligeable dans les succès offensifs de l’équipe. En trois sorties avec Dzemaili dans la formation, l’Impact a inscrit un total de 10 buts et le milieu suisse a joué un rôle dans huit de ces buts, incluant son premier dans l’uniforme bleu-blanc-noir, mardi.

«Je pense que jusqu’ici en trois matchs, je n’ai pas mal fait, a dit Dzemaili, humble. C’est mon équipe maintenant et je veux continuer comme ça. Je veux que nous gagnions tous les matchs.»

La période d’adaptation de la Série A, où Dzemaili jouait pour le Bologne FC, et la MLS semble donc avoir été de courte durée pour l’international suisse.

«Je pense que le soccer est un peu plus robuste ici, a expliqué Dzemaili. Les joueurs sont plus robustes et le jeu est plus physique. Je pense m’être ajusté, mais je veux continuer de progresser à chaque match.»

Biello doit espérer le voir poursuivre sur sa lancée, alors que l’Impact tentera de quitter les bas-fonds du classement de la MLS samedi, face aux Red Bulls.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!