MONTRÉAL — Les sept rappels internationaux ont visiblement forcé les entraîneurs de l’Impact de Montréal à se creuser les méninges.

En raison d’un effectif réduit, Mauro Biello et ses adjoints ont décidé de travailler avec un schéma à cinq défenseurs à l’entraînement. L’expérience a été tentée mardi, puis répétée mercredi. Il ne faut toutefois pas encore conclure que c’est ce schéma 5-2-3, ou 3-4-3, qui sera employé pendant les 90 minutes samedi, quand la formation montréalaise rendra visite au Sporting Kansas City.

«Le schéma est cohérent par rapport au personnel disponible, a noté l’entraîneur adjoint Wilfried Nancy, mercredi. Il donne de la flexibilité pour attaquer et défendre. Nous allons voir comment les joueurs se sentent dans ce schéma. C’est une option.

«C’est quelque chose sur quoi nous avions travaillé en début de saison. Et même quand nous jouons en 4-3-3, il arrive dans l’animation de nous retrouver à défendre à cinq ou à attaquer avec seulement trois défenseurs. C’est l’évolution de ce que nous avons mis en place.»

Des sept absents, cinq faisaient partie de la formation partante régulière au cours des dernières semaines: les défenseurs Ambroise Oyongo (Cameroun) et Laurent Ciman (Belgique), les milieux de terrain Blerim Dzemaili (Suisse) et Patrice Bernier (Canada), ainsi que l’attaquant Anthony Jackson-Hamel (Canada). Le gardien Maxime Crépeau et le défenseur Wandrille Lèfèvre ont aussi été rappelés par l’équipe canadienne.

Les joueurs restants pourraient donc devoir s’acquitter de nouvelles tâches si Biello décidait d’utiliser le nouveau schéma. Le défi serait particulièrement relevé pour les ailiers Daniel Lovitz et Chris Duvall.

«En jouant comme ailier, vous avez moins de responsabilités autant en défensive qu’en offensive, mais vous avez un grand impact puisque vous êtes plus impliqués dans le jeu, a expliqué Duvall. Ça permet aux ailiers de jouer un peu plus haut et à la défensive d’être plus solide dans l’axe, particulièrement contre les centres.»

Lovitz et Duvall pourraient donc devoir couvrir une plus grande portion du terrain pour remplir leurs tâches aux deux extrémités de celui-ci.

«Dans une défensive à quatre, il y a un ailier ou un joueur de couloir qui redescend naturellement pour défendre. Là, il y a déjà un joueur installé, a expliqué Nancy au sujet du nouveau schéma. Nous utilisons plus la largeur du terrain dans une défensive à cinq.

«Il y a aussi une animation au niveau des cinq autres joueurs en milieu de terrain et en attaque. Mais tout le monde doit rester connecté à 11. Les responsabilités changent en milieu de terrain et il reste deux ou trois petits ajustements à mettre en place.»

Là où l’adaptation semble la plus facile dans ce schéma, c’est du côté de l’attaque.

«C’est bon pour Ballou (Tabla) et moi, a affirmé Ignacio Piatti, auteur de six buts en 10 matchs cette saison. Nous sommes plus libres pour attaquer et avons moins à revenir pour défendre.»

Au centre de Lovitz et Duvall, on retrouvait mercredi Kyle Fisher, Hassoun Camara et Victor Cabrera comme trio en défensive centrale. En milieu de terrain, Marco Donadel était à son poste avec Adrián Arregui et Calum Mallace en alternance. Piatti était la seule constante au sein du trio d’attaque. Nick DePuy et Michael Salazar alternaient en pointe, tandis que Ballou et Andrés Romero faisaient la rotation à droite.

Hernán Bernardello a couru en solitaire, tandis que Dominic Oduro et Matteo Mancosu ont effectué des exercices ensemble. Le statut d’Oduro n’est pas connu, mais les deux autres devraient rater le rendez-vous de samedi à Kansas City.

«Quand vous jouez au soccer depuis aussi longtemps que nous le faisons, nous avons tous une certaine expérience dans les différents schémas, a rappelé Duvall, qui domine l’équipe à l’exception du gardien Evan Bush avec 1053 minutes jouées depuis le début de la campagne. Ce système est un peu nouveau, mais nous avons des joueurs intelligents qui devraient être capables d’en saisir les particularités.»

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!