Paul Chiasson Paul Chiasson / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Ça n’a pas été convaincant, mais ça a été suffisant. Boris Bede et la défense ont permis aux Alouettes de Montréal de se sauver avec une victoire de 17-16 face aux Roughriders de la Saskatchewan sur le tout dernier jeu du match.

Alors qu’il ne restait plus de temps au cadran, le botteur Tyler Crapigna s’est installé pour un placement de 45 verges. Son botté a toutefois raté sur la droite et quand le joueur des Alouettes (1-0) posté dans la zone des buts est sorti de celle-ci, la victoire des Oiseaux a été confirmée, au grand plaisir de 20 129 spectateurs réunis au stade Percival-Molson.

«Hey! Encore une histoire de botté entre Saskatchewan et Montréal! Peut-être que les dieux du football étaient à l’écoute», a indiqué le receveur Nik Lewis, en référence à la coupe Grey remportée par les Alouettes alors qu’un 13e joueur des Riders se trouvait sur le terrain, en 2009.

Si Crapigna — qui avait réussi des placements sur 35, 41 et 18 verges — a dû s’installer aussi loin de son profit, c’est en raison de la tenue de la défense sur cette poussée. Elle a forcé les Riders (0-1) à tenter par deux fois une faufilade du quart pour gagner une verge et le premier jeu, grugeant de précieuses secondes au tableau.

Même si elle a cédé 401 verges au total, la défense des Alouettes a souvent tenu l’attaque des Riders en mauvaise position sur le terrain.

«La défense a de nouveau répondu à l’appel ce soir, a souligné le centre Luc Brodeur-Jourdain. Quand tu accordes 16 points dans la Ligue canadienne, c’est une très bonne performance.»

De l’autre côté du ballon, les Alouettes ont produit 332 verges, dont 233 sur les 20 passes complétées en 31 tentatives de Darian Durant, qui a lancé deux passes de touché, à B.J. Cunningham et Ernest Jackson.

«Comme je l’ai dit aux gars, nous avons laissé beaucoup de verges sur le terrain, a analysé Durant. Nous avons le potentiel de devenir une puissante attaque. Nous allons y travailler.»

Bede opportuniste

Bede, avec son unique placement du match sur 18 verges, a finalement procuré la victoire aux Alouettes avec un peu moins de trois minutes à faire.

Après une séquence de 73 verges sur neuf jeux — dont une superbe course de 21 verges de Cunningham sur un troisième essai et une verge à franchir —, Bede a converti sa deuxième tentative de placement du match.

Ce placement lui a permis de racheter un tant soit peu un match difficile: Bede avait commis deux bourdes en première demie qui avait placé les Alouettes dans l’embarras.

Dès la première séquence du match, Durant avait transporté les siens jusqu’à ligne de 38 des Riders. Bede s’est alors installé pour un placement de 45 verges, mais comme ça lui est arrivé souvent la saison dernière, le botteur a manqué de précision et les Alouettes n’ont pu inscrire de point.

«Ce premier placement, c’est plus ma faute que sa faute, a admis l’entraîneur-chef Jacques Chapdelaine. J’ai peut-être été trop gourmand à cette distance et je le regrette. Quand j’ai pris la décision, on savait qu’avec le faible vent, c’était à sa portée. Mais tôt comme ça dans un match comme celui-là, je n’aurais pas dû prendre cette décision.»

Après que les deux équipes eurent échangé des touchés en fin de deuxième demie — les Alouettes sur une passe de 65 verges à Cunningham et les Riders sur un jeu de 19 verges à Bakari Grant —, la formation montréalaise a été forcée de dégager de sa ligne de 32. Le botté de Bede s’est toutefois retrouvé à court, permettant aux visiteurs de reprendre à leur ligne de 50.

Quatre jeux plus tard, Crapigna réussissait son premier placement du match sur 35 verges pour donner une avance de 10-7 aux siens en toute fin de demie.

«Ce sont des choses qui vont arriver, a noté Chapdelaine. Boris voulait nous remettre dans une position favorable, mais il a raté un peu son botté et on s’est retrouvé avec un botté court. Mais si on regarde la majorité des bottés de dégagement ce soir, il a très bien fait. Je me rappelle notamment d’un botté logé à la ligne de 1, ça a été une bonne performance dans l’ensemble.»

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!