BOSTON — David Ortiz s’est avancé au micro, il a essuyé ses larmes et il a patienté pendant que les spectateurs au Fenway Park scandaient son nom.

Les joueurs des Red Sox ont attendu aux abords de l’abri. Ceux des Angels de Los Angeles ont salué Ortiz. Ses amis et sa famille étaient installés à l’avant-champ, pendant que trois trophées de la Série mondiale reluisaient à la lumière du crépuscule.

Les membres du Temple de la renommée Carl Yastrzemski, Pedro Martinez, Wade Boggs et Jim Rice étaient les seuls à pouvoir ressentir les émotions qu’Ortiz vivait.

«C’est un honneur de voir mon numéro être retiré aux côtés de celui de ces légendes, a mentionné Ortiz, quelques minutes avant le retrait de son chandail numéro 34, vendredi soir. Je me souviens de mes entraînements au bâton ici. J’essayais toujours d’atteindre ces numéros retirés. Je n’ai jamais pensé y voir le mien un jour.»

Ortiz a pris sa retraite l’année dernière, à l’âge de 40 ans, à la suite d’une de ses meilleures saisons en carrière. Il a quitté les Majeures en tant que deuxième meilleur cogneur de circuits de l’histoire des Red Sox et il se classait dans le top-10 dans presque toutes les catégories offensives de l’équipe.

Grâce à ses performances, il a notamment aidé les Red Sox à remporter la Série mondiale en 2004, mettant ainsi fin à une disette de 86 ans sans victoire. L’historique formation de Boston a aussi été couronnée championne en 2007 et en 2013. Ortiz a d’ailleurs été nommé joueur le plus utile de la Série mondiale, en 2013.

Celui que l’ont surnomme «Big Papi» est devenu le 10e joueur de l’histoire des Red Sox à voir son chandail être retiré. Des représentants de la République dominicaine, de la ville de Boston et de la famille de Kirby Puckett, de qui Ortiz a adopté le numéro 34, ont également été honorés.

«Merci, Dieu, de m’avoir permis d’offrir à Boston le meilleur cadeau de tous: mon camarade David Ortiz, a affirmé Martinez, qui a convaincu les Red Sox d’offrir un contrat à Ortiz en 2003. Tu as été un grand ambassadeur pour le sport. Je n’ai pas assez de mots pour décrire à quel point je suis fier de toi.»

Même si les Red Sox ont offert un poste à Ortiz au sein de leur organisation, ce dernier a mentionné aux journalistes qu’il était resté loin de l’équipe depuis sa retraite pour ne pas être une distraction.

«Je me suis dit de donner de l’espace à tout le monde, a-t-il confié. Mais je ne dis pas non.»

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!