Darko Bandic Darko Bandic / The Associated Press

BAKOU, Azerbaïdjan — Lewis Hamilton a mérité la pole en vue du Grand Prix d’Azerbaïdjan, samedi, devançant Valtteri Bottas pour un doublé Mercedes sur la grille de départ.

Le Québécois Lance Stroll partira huitième au volant de sa Williams.

Bottas a dominé les qualifications, mais Hamilton l’a finalement éclipsé par 43 centièmes de seconde.

«Il y avait beaucoup de pression avec une minute à écouler (à la dernière séance), a dit Hamilton. C’était un de mes tours les plus excitants de toute l’année. Je suis tellement excité! C’est ce qu’on devrait ressentir à propos des qualifications.»

Il s’agit d’une 66e pole pour Hamilton, une de plus qu’Ayrton Senna et deux de moins que Michael Schumacher, qui détient le record.

«Je pensais devenir moins affamé après avoir rejoint Senna, mais non. Je n’ai jamais autant voulu une pole», a confié l’Anglais de 32 ans.

Pour Hamilton, cette pole est d’autant plus appréciée vu les ennuis de vendredi.

«Nous étions un peu dans le noir. Nous avons dû faire plusieurs changements du jour au lendemain, a mentionné Hamilton, 10e en deuxième séance. Ce matin (samedi), nous ne savions pas si nous avions modifié les bonnes choses. Finalement, les gars ont fait de l’excellent boulot.»

Hamilton en sera à une cinquième pole cette saison, en sept courses. Bottas était en quête d’une deuxième position de tête en carrière.

«Je n’étais pas tout à fait confortable avec la température des pneus, a dit Bottas, aux commandes lors du signal du départ au Bahreïn, en avril. Je n’ai juste pas réussi à les faire fonctionner aussi bien que Lewis.»

Kimi Raikkonen partira troisième avec sa Ferrari, devant son coéquipier Sebastian Vettel. Ce dernier mène le championnat des pilotes par 12 points devant Hamilton.

Max Verstappen (Red Bull) s’élancera cinquième, lui qui a dominé les essais de vendredi. Il sera suivi des Force India de Sergio Perez et Esteban Ocon.

Le top 10 initial sera complété par les Williams de Stroll et Felipe Massa, puis par la Red Bull de Daniel Ricciardo.

«La journée a été bonne, a dit Stroll. Je suis à l’aise et j’ai confiance en la voiture.»

Les virages numéros deux, six et huit ont causé des maux de tête aux pilotes, notamment Bottas, Vettel et Perez.

On a sorti le drapeau rouge avec trois minutes au cadran, Ricciardo ayant heurté un mur du côté gauche, à la sortie du sixième virage.

La piste de six km est imprévisible avec ses longs passages droits et des coins où il faut freiner dur, sans oublier la température torride sur le tracé.

Les pilotes sont plus ou moins familiers avec le parcours, car ce n’est que la deuxième édition de ce Grand Prix. De plus, les bolides sont plus larges en 2017.

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!