Christophe Ena Christophe Ena / The Associated Press

VITTEL, France — Le cycliste britannique Mark Cavendish a loué ce qu’il a qualifié de courage de la part des commissaires du Tour de France, qui ont disqualifié le champion du monde Peter Sagan à la suite d’un terrible accident, mardi, qui les a tous deux sortis de la compétition.

S’adressant aux journalistes avant le départ de la cinquième étape, mercredi, Cavendish a raconté qu’il s’est d’abord inquiété de voir beaucoup de sang couler de l’un des doigts de sa main droite, après sa chute.

«Il y avait une flaque de sang sur le sol. Je me suis dit, ‘Je vais mourir au bout de mon sang, ici.’ Mais mes coéquipiers se trouvaient tout près et ils m’ont aidé à me relever», a-t-il ajouté.

Cavendish, un gagnant de 30 étapes du Tour de France en carrière, a subi une fracture de l’omoplate droite et a été contraint à l’abandon.

Sagan, qui a semblé donner un coup de coude à Cavendish avant que ce dernier ne s’écrase à haute vitesse dans une barrière, a franchi la ligne d’arrivée en deuxième place.

Après avoir reçu une pénalité de 30 secondes, Sagan a été disqualifié pour avoir mis Cavendish et d’autres cyclistes en danger lors du sprint final, à Vittel.

«Il faut beaucoup de courage… pour éliminer le champion du monde du Tour de France», a affirmé Cavendish, qui dit n’afficher aucune rancoeur à l’endroit du Slovaque et ne pas croire que Sagan avait des intentions malicieuses.

Cavendish a ajouté que lui et Sagan sont de bons amis et confié que Sagan l’a appelé mardi soir pendant qu’il était examiné à l’hôpital.

Sagan a expliqué à Cavendish qu’il avait étiré son coude droit dans le tracé du Britannique, alors que ce dernier pédalait à pleine vitesse à sa droite, afin de demeurer droit sur son vélo.

«Il m’a dit qu’il ne voulait pas perdre l’équilibre, et ça été agréable à entendre. Il m’a dit qu’il ne savait pas que c’était moi qui arrivais. Son geste avec son coude m’a confus, et j’ai parlé à Peter à ce sujet. Que ce soit volontaire ou non, ça ne paraît pas bien.»

Par ailleurs, Cavendish a rejeté les allusions au fait qu’il tentait de se faufiler dans un espace trop restreint.

«Je sais quel espace dont j’ai besoin pour passer», a-t-il lancé en guise de réponse.

Cavendish a également loué Sagan pour s’être présenté à l’autobus de l’équipe du Britannique pour lui offrir ses excuses après l’accident.

«C’était un geste honorable de voir Peter à l’autobus pour s’excuser. Ça montre le genre de liens que nous avons et le genre d’homme qu’il est. J’ai vraiment apprécié.»

Par ailleurs, il a également rendu hommage aux commissaires pour leur décision de disqualifier Sagan, parlant d’eux comme étant «le groupe de commissaires le plus expérimenté qu’il n’ait jamais vu au Tour de France».

«Mais c’est dommage que nous soyons tous deux hors du Tour de France, a mentionné Cavendish en parlant de lui et de Sagan. Nous nous sommes parlés, tout est correct.»

Le directeur de course du Tour, Thierry Gouvernou, a déclaré à l’Associated Press qu’il appuyait la décision du jury. Il a ajouté que Sagan «était également à blâmer» pour un autre accident survenu un peu plus tôt lors de l’étape de mardi, à la suite duquel une dizaine de cyclistes ont chuté dans le dernier droit de la course.

«En bout de ligne, il n’y a pas de circonstances atténuantes, a affirmé Gouvernou. Je crois qu’ils ont pris une bonne décision.

«Nous déplorons tous les accidents pendant la première semaine du Tour. Nous en sommes au point où les cyclistes doivent se respecter.»

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!