Christophe Ena Christophe Ena / The Associated Press

NUITS-SAINT-GEORGES, France — Nouvelle journée, nouvelle victoire pour Marcel Kittel au Tour de France.

Cette fois-ci, cependant, il s’en est fallu de peu pour que l’Allemand lance sa poussée définitive trop tard, et c’est au photo-finish qu’il a été déclaré vainqueur de la septième étape, vendredi, devant le Norvégien Edvald Boasson Hagen.

Kittel a eu besoin de 5 h 3 minutes 18 secondes pour franchir les 213,5 km entre Troyes et Nuits-Saint-Georges, dans le coeur de la région viticole de la Bourgogne. L’Australien Michael Matthews s’est classé troisième

Il s’agissait de sa troisième victoire d’étape de Kittel depuis le début de l’édition 2017 de la Grande Boucle, et de sa deuxième en deux jours.

En franchissant la ligne d’arrivée avant tous ses rivaux, Kittel a aussi égalé Erik Zabel pour le plus grand nombre de victoires d’étapes par un Allemand au Tour de France, avec 12.

Les résultats préliminaires accordaient la victoire à Kittel mais la photo captée à la ligne d’arrivée laissait planer des doutes.

Kittel semblait convaincu d’avoir gagné, allant même jusqu’à lever trois doigts de la main pour commémorer ses trois victoires depuis le début de l’éreintante épreuve.

«Ç’a été très, très serré. Lorsqu’un photo-finish est nécessaire, vous pouvez avoir des doutes. J’ai été chanceux.»

En l’emportant, Kittel a aussi mis la main sur le maillot vert, au détriment du Français Arnaud Démare, qui a dû se contenter de la 11e place. Son objectif est de le garder jusqu’à l’étape finale, le dimanche 23 juillet à Paris.

Par ailleurs, le Britannique Chris Froome, triple champion de la compétition, conserve le maillot jaune en vue des étapes du week-end en terrain montagneux. Son avance est de 12 secondes sur son coéquipier Geraint Thomas, du Pays de Galles, et de 14 secondes sur l’Italien Fabio Aru.

«Il ne s’est rien passé de majeur aujourd’hui (vendredi), a déclaré Froome. Les cyclistes du classement général pensent aux étapes en montagne qui seront disputées en fin de semaine», a-t-il affirmé.

Selon Froome, des journées comme celle de vendredi peuvent paraître dénuées de stress, mais ce n’est pas le cas, a-t-il assuré.

«Pendant chaque kilomètres, vous pensez à ce qui pourrait arriver qui pourrait modifier l’allure de la course. Si vous tournez à gauche ou à droite, ou s’il y a du vent. C’était une journée pour demeurer à l’avant (du peloton).»

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!