BOSTON — Brad Stevens n’était en poste que depuis une semaine comme entraîneur-chef à Butler quand Gordon Hayward a été le premier des joueurs scrutés à visiter le campus.

Dix ans plus tard, les deux hommes sont réunis avec les Celtics de Boston.

Il y a eu une «familiarité dès le départ» quand les Celtics ont courtisé Hayward, a dit ce dernier en conférence téléphonique, vendredi, après avoir signé une entente de quatre ans qui lui vaudra aux alentours de 128 M $.

«Ç’a m’a ramené des souvenirs de quand Brad me recrutait à l’école secondaire, a dit Hayward. Cette fois-ci, c’est à un niveau supérieur.»

Dix jours après avoir annoncé qu’il se joignait à Boston, quittant l’Utah, Hayward est officiellement devenu membre de l’équipe ayant eu la meilleure fiche en saison régulière dans l’Est, la saison dernière. Les Celtics ont été battus par les Cavaliers de Cleveland en finale de l’Est.

Stevens et Hayward ont atteint le match de championnat de la NCAA ensemble avec Butler, en 2010. Hayward a tenté un tir de la dernière chance qui aurait valu le titre, du milieu du terrain, mais le ballon a raté de peu et les Blue Devils de Duke ont gagné, 61-59. Deux mois plus tard, Hayward a été choisi neuvième par le Jazz.

«C’est vraiment incroyable de s’asseoir avec un gars dans votre bureau quand il a 16 ou 17 ans, et de s’asseoir à nouveau avec lui quand il en a 27», a confié Stevens.

La saison dernière, Hayward a fourni en moyenne 22 points par match avec le Jazz, prenant part au match des étoiles. Malgré cela et malgré leur liens datant de Butler, Stevens a dit que ses arguments étaient plus axés sur le futur que sur le passé. Il est aux commandes des Celtics depuis juillet 2013.

«Je lui ai parlé de pourquoi cette transition a tellement été une bonne chose pour moi et ma famille, a dit Stevens. J’ai aussi parlé d’à quel point cette transition a été difficile au départ.»

Hayward va porter le même numéro 20 qu’il avait avec Butler et l’Utah.

«Je n’oublierai jamais mes sept saisons avec le Jazz, a dit Hayward. Je veux remercier l’organisation pour tout ce qu’ils m’ont donné. C’est juste qu’il y avait quelque chose de différent à l’idée d’être un Celtic, quelque chose qui m’a séduit.»

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!