MONACO — La Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) a suspendu de ses fonctions le quadruple médaillé olympique Frank Fredericks pendant qu’il fait l’objet d’une enquête pour des soupçons de corruption présumée liés au vote en vue de l’organisation des Jeux olympiques de 2016.

L’Unité indépendante d’intégrité de l’IAAF (AIU) a annoncé que sa demande de suspension provisoire de Fredericks, un ancien sprinteur de la Namibie, a été accepté par le panel disciplinaire de l’IAAF.

Fredericks, qui est également membre du Comité international olympique, est également l’objet d’une enquête distincte de la commission d’éthique du CIO à propos d’un paiement près de 300 000 $ US qu’il a reçu le 2 octobre 2009 — le même jour où Rio de Janeiro a remporté le vote pour accueillir les Jeux olympiques de 2016.

Le quotidien français Le Monde a allégué en mars que le paiement provenait d’un homme d’affaires brésilien et a été acheminé par une société de marketing sportif créée par Papa Massata Diack, fils de l’ancien président de l’IAAF, Lamine Diack. Les deux membres de la famille Diack sont inculpés par les procureurs français dans un cas de corruption qui comprend l’extorsion d’argent auprès des athlètes pour dissimuler des cas de dopage.

Fredericks nie les faits, prétendant que l’argent était destiné à des travaux de consultants sous contrat. Il a précédemment offert de quitter ses fonctions au CIO et ses responsabilités à l’IAAF, à l’exception de son siège sur le Conseil des règles.

L’homme de 49 ans a remporté les médailles d’argent aux 100 et 200 mètres aux Jeux olympiques de Barcelone en 1992 et d’Atlanta en 1996.

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!