Alastair Grant Alastair Grant / The Associated Press

SOUTHPORT, Royaume-Uni — Martin Kaymer s’approchait du tertre de départ du sixième trou lors d’une ronde d’entraînement au Royal Birkdale quand il a annoncé à ses partenaires de jeu que sa journée de travail était terminée.

Il a marché le long de l’allée et a disparu à l’horizon, laissant Paul Broadhurst et Richard Bland discuter du plan d’attaque sur le tertre.

De nombreux autres golfeurs voudraient probablement aussi pouvoir éviter le sixième trou lors de l’Omnium britannique.

Cette normale-4 de 499 verges avec un coude vers la droite a été le trou le plus difficile du parcours lors des deux dernières présentations de l’Omnium britannique au Birkdale — en 1998 et 2008. En 2008, le pointage moyen sur ce trou a été de 4,77, en faisant le deuxième trou le plus difficile à l’Omnium britannique entre 1982 et 2016 après le 17e trou à St. Andrews en 1984. Seulement 10 oiselets avaient été inscrits pendant le tournoi.

On a demandé à Dustin Johnson quel surnom il donnerait au trou, comme il est parfois coutume à St. Andrews ou ailleurs.

«J’utiliserais probablement des mots que je ne peux pas dire en conférence de presse», a répondu le golfeur no 1 au monde.

Henrik Stenson a affirmé qu’il était certain qu’il s’agirait à nouveau du trou le plus difficile de la semaine. Jason Day a mentionné qu’une normale sur ce trou serait l’équivalent d’un oiselet sur les autres. Jordan Spieth a qualifié ce trou de «défi important».

Le trou phare du premier neuf nécessite un coup de départ précis et un long deuxième coup vers un vert élevé et bien protégé par trois fosses de sable.

Un des incidents les plus célèbres au sixième trou est survenu en 1998, quand Mark O’Meara a passé quatre minutes à chercher sa balle après que son deuxième coup eut abouti dans l’herbe longue. Croyant sa balle perdue, il avait commencé à retraiter vers l’allée quand un spectateur a finalement aperçu la balle et l’a récupérée.

Les officiels ont décidé que la balle avait été retrouvée à l’intérieur des cinq minutes permises et O’Meara avait reçu la permission de replacer sa balle. Il avait finalement commis un boguey, en route vers la victoire.

Sur le tertre de départ, les golfeurs doivent éviter une fosse de sable sur la droite à l’intérieur du coude à environ 280 verges. Du côté gauche, ils doivent trouver l’espace entre une fosse de sable à 230 verges et une autre à 310 verges.

Si vous trouvez le centre de l’allée, mais que la balle a trop de puissance, elle va aboutir dans l’herbe longue ou dans le ravin un peu plus loin. La majorité des golfeurs devront ensuite effectuer un coup d’approche entre 200 et 220 verges.

Day a affirmé qu’il songeait à utiliser un fer-2 sur le tertre de départ ou même à se contenter d’un court coup de départ pour éviter les fosses de sable, avant d’y aller d’un plus long deuxième coup.

«C’est un de ces trous où vous pouvez facilement vous retrouver avec un chiffre élevé sur votre carte», a-t-il admis.

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!