Frank Gunn | La Presse canadienne

BUDAPEST, Hongrie — Kylie Masse a écrit une page d’histoire, mardi, en devenant la première nageuse canadienne championne du monde.

L’Ontarienne de 21 ans a arrêté le chrono à 58,10 secondes pour mériter la médaille d’or du 100 m dos aux championnats du monde aquatiques. Cette performance lui a ainsi permis d’abaisser l’ancienne marque mondiale de 58,12 détenue par la Britannique Gemma Spofforth depuis les mondiaux de Rome en 2009, époque des combinaisons en polyuréthane.

Elle a devancé l’Américaine Kathleen Baker (58,58) et l’Australienne Emily Seebohm (58,59).

«Je pense que je ne le réalise pas encore, s’est exclamée Masse. J’ai touché le mur, j’ai regardé et je voulais m’assurer que je regardais le bon nom et le bon temps. J’étais tellement heureuse à ce moment.»

Masse avait remporté une médaille de bronze aux Jeux olympiques de Rio l’an dernier, où elle avait établi une nouvelle marque canadienne.

«Après les Olympiques, j’ai pris confiance en moi et emmagasiné beaucoup d’expériences, a poursuivi celle dont les parents ont pu assister à sa performance historique à Budapest. J’ai vu que j’avais ma place en finale et sur le podium, tout cela vient avec la confiance.»

Il s’agit du premier record du monde pour le Canada depuis celui de Annamay Pierse en 2009 au 200 mètres brasse. Masse est la troisième Canadienne à détenir le record du monde au 100 mètres dos après Wendy Cook en 1974 et Elaine Tanner (deux fois en 1967).

Plus tôt, Katie Ledecky s’est facilement assurée sa troisième médaille d’or des championnats, gagnant le 1500 mètres libre par plus d’une demi-longueur de bassin lors de sa soirée la plus occupée.

Ledecky a enregistré un chrono de 15 minutes 31,82 secondes — soit plus de six secondes plus rapide que le rythme qui lui avait permis d’établir le record aux mondiaux de Kazan il y a deux ans. Mais elle a visiblement ménagé son énergie pour sa deuxième course de la soirée.

Elle ne disposait que d’une pause de 49 minutes avant de revenir dans la piscine pour les demi-finales du 200 mètres libre.

Mary-Sophie Harvey de Trois-Rivières (1:58,15) et Katerine Savard de Pont-Rouge (1:58,46) ont pris les 14e et 15e rangs sur cette distance.

Déjà victorieuse au 400 mètres libre et au relais 4 x 100 mètres lors de la première journée des compétitions, Ledecky vise toujours d’égaler le record de six médailles d’or chez les dames.

L’Américaine Lilly King et le Britannique Adam Peaty ont également amélioré des records du monde lors de cette troisième soirée de finales. Et Peaty deux fois plutôt qu’une.

King, médaillée d’or olympique, a éclipsé un record datant de quatre ans au 100 mètres brasse, devançant de nouveau sa rivale russe Yulia Efimova grâce à un chrono d’une minute 4,13 secondes. La précédente marque de 1:04,35 appartenait à la Lituanienne Ruta Meilutyte.

La Britanno-Colombienne Kierra Smith a pris le 6e rang avec un temps de 1:06,90.

Peaty a amélioré deux fois le record au 50 mètres brasse, une distance qui ne figure pas au programme olympique. Il a d’abord réalisé un chrono de 26,10 en préliminaires le matin, retranchant 32 centièmes au standard qu’il avait établi il y a deux ans à Kazan. Il s’est montré encore plus rapide en demi-finales, touchant le mur en 25,95.

Cinq records du monde sont tombés jusqu’ici à Budapest.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!