Ryan Remiorz Ryan Remiorz / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Le meneur au championnat des pilotes de la Formule électrique (FE), Sebastian Buemi, est conscient qu’il sera sous pression ce week-end afin d’être couronné champion.

Après tout, le Suisse a pris la décision de s’absenter des deux plus récentes manches à New York afin de participer aux 6 Heures du Nürburgring les 15 et 16 juillet. Même si son principal adversaire, le pilote Lucas di Grassi d’ABT Schaeffler Audi Sport, n’a pas connu le week-end espéré, l’avance de Buemi a fondu comme neige au soleil.

«Ç’a été très difficile de ne pas être en mesure de courir à New York, a reconnu Buemi. Je l’ai regardée, avec mes coéquipiers, et c’était frustrant. Mais pour être honnête avec vous, j’avais beaucoup de pression sur mes épaules déjà avant New York, car je savais que je devais marquer le plus de points possibles avant de m’absenter — dans l’espoir d’être dans la lutte au championnat une fois rendu à Montréal.

«Je suis soulagé que New York soit derrière moi, mais je sais que le plus difficile s’en vient car je dois trouver les meilleurs réglages afin d’exploiter au maximum le potentiel de ma voiture sur ce circuit.»

À première vue, le tracé du ePrix de Montréal semble plaire au champion en titre, puisqu’il y a, selon lui, de nombreuses opportunités de dépassement en raison de la largeur des voies. Un point de vue partagé par le détenteur du troisième rang au championnat des pilotes, Felix Rosenqvist.

«Contrairement à la plupart des pistes du calendrier, qui se déroulent sur le plat, j’aime bien le dénivelé de celle-ci, a-t-il noté. Il faudra trouver une façon d’exploiter cette particularité.»

Buemi, un ex-pilote de F1, mène présentement le championnat avec 157 points, soit dix de plus que di Grassi. Rien n’est toutefois joué puisqu’il reste le programme double à disputer ce week-end dans les rues de la métropole. Le Suisse est le favori puisqu’il a remporté six des huit courses auxquelles il a pris part jusqu’ici cette saison.

«Nous sommes les négligés et nous n’avons plus rien à perdre, a déclaré di Grassi. Avec un écart de 10 points, je sais que la pression ne repose pas sur mes épaules. Je vais tout donner, tenter chacun des dépassements possibles et espérer enregistrer de bons résultats. Rien n’est encore joué; il reste encore un maximum de 58 points à aller chercher.»

Di Grassi est également conscient qu’il doit lutter afin de permettre à ABT Schaeffler Audi Sport de battre Renault e.Dams dans la lutte au championnat des constructeurs. L’équipe allemande (194) accuse présentement 65 points de retard sur l’écurie française (259).

«Mon objectif principal est le championnat des pilotes, mais je dois aussi penser à l’équipe, a confié di Grassi. Nous n’avons également qu’un coussin de 12 points devant Mahindra Racing, donc nous devrons nous assurer de marquer le plus de points possibles. Certes, ce sera difficile — comme ce fut le cas à New York —, mais nous sommes prêts à relever le défi.»

Le Brésilien, pilote essayeur pour Renault en F1 en 2010, a brièvement évoqué l’importance de la stratégie ce week-end afin de demeurer dans la course au championnat, puisqu’il s’agit d’un programme double.

«La course de samedi sera la 11e de la saison, et il faudra marquer le plus de points, a-t-il martelé. Il faudra trouver l’équilibre entre un pilotage agressif et conservateur. Parce que si tu pousses un peu trop, tu risques de tout perdre. Il va falloir attendre de voir comment se déroulera la course samedi avant de se préparer pour celle de dimanche. Mais pour nous, chaque course est sans lendemain.»

Interrogé à savoir qui ils favorisent pour la conquête du titre, le pilote de Virgin Racing Sam Bird et Rosenqvist n’ont pas hésité une seconde.

«Je crois que Sebastian l’emportera. Ce serait étrange si ce n’était pas le cas après sa domination cette saison», ont déclaré les deux hommes à l’unisson.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!