Kamran Jebreili Kamran Jebreili / The Associated Press

FORT LAUDERDALE, Fla. — Tiger Woods a plaidé non coupable à une accusation de conduite avec des facultés affaiblies, mercredi, mais il a accepté de participer à un programme de déjudiciarisation, ce qui mènera à l’abandon de l’accusation plus tard cette année.

L’avocat du golfeur âgé de 41 ans, Douglas Duncan, a déposé le plaidoyer. Woods ne s’est pas présenté au tribunal du comté de Palm Beach.

La procureure Adrienne Ellis a affirmé que Woods a accepté de plaider coupable à une accusation de conduite dangereuse lors d’une audience le 25 octobre et de participer au programme du comté pour ceux qui en sont à leur première offense pour conduite avec des facultés affaiblies.

«Il n’est pas traité différemment d’une autre personne», a noté Ellis.

Duncan n’a pas effectué de commentaires.

Selon l’entente, les procureurs vont abandonner l’accusation de conduite avec des facultés affaiblies à la suite de l’arrestation de Woods en mai. Woods avait alors été retrouvé endormi derrière le volant de sa Mercedes-Benz, apparemment sous l’influence de médicaments antidouleur et contre l’insomnie. Aucune trace d’alcool n’a été décelée dans son système.

En vertu du programme de déjudiciarisation, Woods passera un an sous probation, paiera une amende de 250 $ US et les frais judiciaires, devra assister à des séances de sensibilisation aux dangers de la conduite avec des facultés affaiblies, effectuer 50 heures de travaux communautaires, participer à une séance où des victimes de chauffeurs en état d’ébriété expliquent comment leur vie a été affectée et sera aussi soumis à d’autres conditions. Depuis la création du programme, il y a quatre ans, 2400 accusés y ont participé, selon le bureau du procureur du comté de Palm Beach.

Si Woods avait été reconnu coupable de conduite avec des facultés réduites, Woods aurait écopé une amende d’entre 500 $ et 1000 $, sa voiture aurait été confisquée pendant 10 jours et il aurait été soumis à d’autres conditions. Il aurait également pu se retrouver derrière les barreaux pendant une période pouvant atteindre six mois, ce qui est assez rare, se retrouver sous probation et perdre son permis de conduire pour une période pouvant aller de six mois à un an.

Woods a été arrêtée le 29 mai vers 2 h du matin, à une vingtaine de kilomètres de sa résidence à Jupiter, en Floride. Les policiers l’ont retrouvé inconscient derrière le volant de sa Mercedes-Benz, qui était stationnée maladroitement en bordure de route. La voiture était aussi endommagée du côté du conducteur. On ne sait pas exactement comment la voiture a été endommagée. Les policiers ont vérifié le secteur, mais n’ont pas vu de signe de collision.

Lorsqu’il a été interrogé par les agents, Woods ne savait pas où il était et il avait des problèmes d’équilibre. Woods a indiqué aux policiers qu’il consommait du Vicodin, un antidouleur, et du Xanax, qui combat l’anxiété et l’insomnie, pour le soulager des séquelles de sa quatrième opération au dos, en avril.

Woods a annoncé le mois dernier qu’il avait complété un programme de traitement pour combattre ses problèmes de consommation de médicaments.

Détenteur de 14 titres majeurs et 79 victoires sur le circuit de la PGA, Woods n’a pas participé à un seul tournoi depuis février en raison de problèmes de dos et sa dernière victoire remonte à août 2013. Il ne s’attend pas à revenir au jeu cette saison.

Sa carrière a déraillé en novembre 2009, quand il a accidenté sa voiture près de sa résidence de l’époque à Windermere, en Floride. Cet incident avait mené au dévoilement de ses nombreuses infidélités et au divorce de son épouse Elin Nordegren, la mère de ses deux enfants.

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!