Andy Brownbill Andy Brownbill / The Associated Press

MILAN — L’ancienne finaliste aux Internationaux de France Sara Errani a eu de la difficulté à contenir des larmes alors qu’elle a maintenu qu’elle n’avait pas triché, malgré une suspension de deux mois pour dopage.

La Fédération internationale de tennis a annoncé la suspension lundi, après qu’Errani eut testé positif au létrozole, une substance interdite, à la suite d’un test effectué en février.

Lors d’une conférence de presse, mercredi, Errani a répété avoir accidentellement consommé la substance par le biais d’une contamination de la nourriture préparée par sa mère. Cette dernière lutte contre un cancer du sein et son médicament contient du létrozole.

«Cette suspension parle d’elle-même: j’ai été reconnue coupable d’avoir involontairement consommé une substance qui n’a pas d’effet de dopage sur une femme», a affirmé Errani, qui a réitéré plusieurs fois que le létrozole n’améliorait pas les performances.

«Je ne sais pas exactement comment un médicament pris par ma mère s’est retrouvé dans ma nourriture, mais c’est une option plausible, puisque toutes les autres ont été rejetées.»

Âgée de 30 ans, Errani a été informée des résultats du test le 28 avril, mais elle a continué à jouer au tennis, espérant pouvoir éviter une suspension.

«L’athlète peut choisir s’il veut continuer à jouer ou se suspendre lui-même, a-t-elle expliqué. J’ai décidé de continuer puis que je savais, et je sais, que je n’ai rien fait de mal.

«J’espérais et je collaborais dans l’espoir d’être reconnue non coupable. Malheureusement, le test capillaire soumis n’a pas été accepté en raison de formalités judiciaires. (…) J’ai toujours encouragé un sport propre et je continue à croire qu’une personne se dopant volontairement devrait être bannie à vie.»

Un comité d’arbitrage a jugé que la peine d’Errani devrait être «au bas de l’échelle» et elle a donc été suspendue pour deux mois à partir du 3 août.

La suspension d’Errani prendra fin le 2 octobre, ce qui l’empêchera notamment de participer aux Internationaux des États-Unis.

«J’espère que cette période me donnera encore plus de motivation, a dit Errani. J’espère profiter de ce temps pour me remettre du stress et de cette horrible aventure. (…) Je vais m’entraîner au plus haut niveau, ce que j’ai toujours fait, afin de revenir encore plus forte.»

L’Italienne a fondu en larmes en ajoutant: «C’est une situation difficile pour ma famille, mais nous sommes encore plus unis et je suis fière d’eux».

Errani a également été disqualifiée de manière rétroactive des tournois disputés entre le 16 février et le 7 juin. Au cours de cette période, elle avait notamment atteint les demi-finales à Rabat, au Maroc, en mai, et participé au deuxième tour des Internationaux de France.

Elle a annoncé qu’elle allait demander en appel d’annuler la perte des points accumulés au cours de cette période.

Errani a fortement critiqué les médias pour avoir rapporté des mensonges, ajoutant: «Vous avez joué avec la vie et les émotions d’autres personnes: moi, ma mère, ma famille. Ça me rend furieuse».

Errani a atteint la finale des Internationaux de France en 2012, s’inclinant contre Maria Sharapova. En double, elle a remporté chacun des quatre titres majeurs avec sa compatriote Roberta Vinci.

Classée 98e au monde en simple, Errani a gagné neuf titres en simple et 25 titres en double sur le circuit de la WTA. Son meilleur classement en simple a été atteint en 2013, quand elle a été classée cinquième au monde.

Elle a également aidé l’Italie à remporter trois fois la Fed Cup.

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!