Paul Chiasson Paul Chiasson / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Une douzaine d’heures après l’exploit du Canadien Denis Shapovalov contre l’Espagnol Rafael Nadal, jeudi soir, au Stade Uniprix, son entraîneur Martin Laurendeau semblait encore chercher à mettre de l’ordre dans toutes ses émotions. Et il n’était pas le seul. D’autres experts du tennis canadien ne tarissaient pas d’éloges envers la nouvelle coqueluche du public montréalais.

Devant les médias vendredi midi, Laurendeau a paru à la fois émerveillé mais aussi un peu incrédule à la suite du tour de force de son protégé. Mais la vie continuait et il devait préparer Shapovalov pour une autre sortie sous les réflecteurs du court central, vendredi soir.

«Tout va très, très vite présentement. Le tournoi lui-même est allé très, très vite, a décrit Laurendeau. C’est une semaine de rêve que Denis est en train de vivre. Il reste un autre match ce soir et on essaie de rester concentré là-dessus, mais c’est difficile.»

Lorsqu’il parle de Shapovalov, Laurendeau le sait capable de belles choses à cause des efforts qu’il investit quotidiennement et de son attitude sur le court. Mais il admet qu’il a été impressionné de le voir battre Juan Martin del Potro et Nadal coup sur coup.

«Les deux derniers matchs, c’est du très haut niveau. De battre des joueurs comme ça, c’est ce qui alimente Denis. Il s’entraîne fort, il met beaucoup d’heures de travail sur les terrains d’entraînement et dans les petits tournois pour se mettre dans cette position-là, a expliqué Laurendeau.

«Chaque fois qu’il joue contre un joueur mieux classé que lui, il n’a pas froid aux yeux, il tient sa place et il monte son niveau de jeu. Ça ne me surprend pas parce que je l’ai vu plusieurs fois cette année, mais de le faire contre des joueurs comme del Potro et Nadal, c’est remarquable.»

Sa victoire contre Nadal est d’autant plus impressionnante que l’Espagnol n’est pas du genre à laisser filer des matchs une fois que le premier set est en banque, a rappelé Laurendeau.

«Je trouve ça incroyable qu’un jeune joueur comme ça puisse tenir aussi longtemps sans craquer. Nadal n’échappe pas beaucoup de matchs quand il gagne le premier set. Son pourcentage d’efficacité doit être au-delà de ,900. J’étais impressionné qu’il se soit rendu jusqu’à la dernière balle de match, que j’ai revue ce matin parce que je ne m’en souvenais plus du tout. Ça en dit beaucoup sur le talent et le personnage qu’est Denis.»

De son côté, Louis Borfiga, le directeur du Centre national d’entraînement de Tennis Canada, a noté le fait que Shapovalov n’a montré aucun complexe contre un adversaire dont la force de caractère est légendaire.

«Ce qui m’a le plus étonné, c’est la façon dont il est rentré sur le terrain et dont il a joué. Au lieu d’être un petit peu timoré, il a tout lâché. Je pensais que Nadal allait vraiment imposer sa personnalité en début de match, mais c’est un peu le contraire qui est arrivé. Il n’a pas hésité, il a attaqué presque toutes les balles. Il a amené un petit doute dans la tête de Nadal.

«On savait qu’il aimait jouer sur les grands courts, on savait qu’il aimait affronter les grands joueurs. Mais de là à faire ce qu’il a fait hier contre une légende du tennis, qui venait chercher en plus sa première place mondiale, ça dépassait nos espérances, c’est certain.»

Genois ébloui

L’ex-tennisman québécois Réjean Genois était encore «sous le choc» à la suite de la performance Shapovalov face à Nadal. C’est peut-être ce qui explique pourquoi il a senti le besoin de revoir des segments du spectaculaire duel dans le confort de son salon, aux petites heures de la nuit. Il s’est régalé devant le troisième jeu, qui a duré plus de 14 minutes, et devant le bris d’égalité décisif.

«Quand je suis rentré chez moi, mon épouse avait enregistré le match et j’ai regardé la troisième manche, a raconté le président de Tennis Québec en entrevue téléphonique à La Presse Canadienne.

«J’ai constaté à quel point cette victoire était extraordinaire. Shapovalov a été incroyable. Dans ses deux premiers jeux au service, il a sauvé six balles de bris. Durant le bris, il est revenu de 0-3. Je suis certain que quand c’est devenu 0-3, le monde pensait que Nadal allait gagner. C’est une performance extraordinaire», a décrit celui qui a été le premier canadien à percer le top-100 du classement de l’ATP, vers la fin des années 70.

Genois, analyste à TVA Sports pendant le tournoi, a d’ailleurs commencé à croire à l’impossible après ce fameux troisième jeu du set final.

«Après avoir sauvé toutes ces balles, et Nadal après les avoir ratées, j’ai dit à des gens près de moi que Nadal allait avoir beaucoup de pression sur son service et qu’il pourrait se faire jouer un tour.»

Selon Genois, ce triomphe de Shapovalov démontre tout son potentiel.

«C’a été un moment de grâce pour Shapovalov. Va-t-il toujours jouer comme ça, je ne le sais pas. Mais hier, il avait la grande scène devant lui, il avait beaucoup de pression, et il en a profité. Il s’est éclaté et il nous a offert une grande performance. Et ça explique tout son potentiel pour devenir une grande vedette du tennis.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!