Kirsty Wigglesworth Kirsty Wigglesworth / The Associated Press

LONDRES — Les Championnats du monde d’athlétisme se sont conclus avec une surprise de taille, dimanche, au Stade olympique de Londres.

Après avoir été devancés par les États-Unis lors des qualifications, les coureurs du Trinité-et-Tobago se sont vengés en remportant la médaille d’or au relais 4 x 400 mètres masculin, la dernière compétition des Mondiaux.

Lalonde Gordon est resté dans les flancs de Fred Kerley pendant la majorité du dernier tour, mais il a accéléré le pas dans les dernières foulées pour aider son pays à vaincre les Américains grâce à un temps de 2:58,12.

Les États-Unis ont dû se contenter de l’argent en vertu d’un chrono de 2:58,61. La Grande-Bretagne est montée sur la dernière marche du podium, parcourant la distance en 2:59,00.

Les États-Unis n’avaient pas perdu dans cette discipline aux Mondiaux depuis 2003, mais ils avaient été défaits aux Jeux olympiques de Londres, en 2012, dans ce même stade.

Un peu avant cette surprenante victoire, Allyson Felix et Phyllis Francis ont permis à l’équipe féminine américaine du relais 4 x 400 m de décrocher la médaille d’or.

Les Américaines ont facilement devancé les Britanniques, franchissant le fil d’arrivée en un temps de 3:19,02. Elles détenaient une avance d’environ 50 mètres sur leurs plus proches poursuivantes. Les Polonaises ont été décorées de la médaille de bronze.

Felix avait également gagné la médaille d’or au 4 x 100 m, samedi. Il s’agissait de sa 16e médaille en carrière aux Mondiaux.

Cette médaille d’or au relais a procuré aux États-Unis une 29e médaille d’or à ces Championnats du monde, un record pour eux.

La Portugaise Ines Henriques a amélioré sa propre marque mondiale au 50 km marche, arrêtant le chrono à 4:05,56.

Son record précédent était 4:08,26, établi plus tôt cette année.

«Les cinq derniers km étaient pénibles, a dit Henriques. Je voulais terminer sous la barre des quatre heures et six minutes.»

Elle a devancé les Chinoises Yin Hang (4:08,58) et Yang Shuqing (4:20,49).

Cette épreuve était une première dans le cadre de Mondiaux. Sept femmes l’ont entamée et quatre l’ont complétée.

Chez les hommes, sur la même distance, la victoire est allée au Français Yohann Diniz.

Le triple monarque européen s’est imposé en 3:33,12. À 39 ans, Diniz est le plus âgé des médaillés d’or dans l’histoire des Mondiaux.

Le podium a été complété par les Japonais Hirooki Arai (3:41,17) et Kai Kobayashi (3:41,19).

Le Canada était représenté par le Britanno-Colombien Evan Dunfee, qui a fini 15e.

L’athlète de 26 ans de Richmond avait fini quatrième lors des Jeux de Rio, l’été dernier. Dimanche, il se trouvait à cette position après 35 km, mais il a perdu de la vitesse et signé un temps de 3:47,36.

«Ce n’est pas satisfaisant, a dit Dunfee. Je devrais rivaliser pour l’or à chaque course et encore plus vu le déroulement des Mondiaux pour l’équipe, je voulais réussir un bon coup pour le Canada.»

Ennuyé par un rhume, Dunfee a trouvé dur de continuer une fois la cadence perdue.

«Je me suis dit, ‘ouf…encore 15 km…’, a confié Dunfee. Et c’est très éprouvant de se le dire, parce que vous avez déjà fait tant de chemin et il reste plus d’une heure. J’étais amèrement déçu. L’esprit voulait, mais le corps ne voulait pas coopérer.»

La Chinoise Yang Jiayu a remporté la marche de 20 km.

Elle a signé un record personnel de 1:26,18 lors des 10 tours de deux km dans le centre de Londres, battant la Mexicaine Maria Guadalupe Gonzalez par une seconde.

Le troisième rang est allé à l’Italienne Antonella Palmisano, en 1:26,36.

Du côté masculin, le Colombien Eider Arevalo a gagné en 1:18,53, deux secondes de mieux que le Russe Sergei Shirobokov. Le bronze est allé au Brésilien Caio Bonfim (1:19,04).

Le Canadien Ben Thorne, médaillé de bronze aux championnats mondiaux de 2015, à Pékin, a fini en 51e place (1:26,56).

La Kenyane Hellen Obiri s’est distancée de la favorite, Almaz Ayana, alors qu’il ne restait que 250 mètres à parcourir et elle a remporté la médaille d’or au 5000 m, empêchant l’Éthiopienne de signer un doublé sur longue distance.

Obiri a obtenu un regain de vie lors du dernier droit et elle a laissé Ayana derrière, terminant au premier rang grâce à un temps de 14:34,86. La Néerlandaise Sifan Hassan a décroché la médaille de bronze.

Après avoir balayé du revers de la main ses rivales lors du 10 000 m, Ayana n’a pu rattraper la Kenyane, s’avouant vaincue par 5,49 secondes.

Au 800 m féminin, la Canadienne Melissa Bishop a livré une belle course, mais elle a dû se contenter de la cinquième position.

La Sud-Africaine Caster Semenya a ajouté un troisième titre mondial à son palmarès en parcourant la distance en 1:55,16. Elle a eu le dessus sur la Burundaise Francine Niyonsaba et l’Américaine Ajee Wilson.

Semenya avait raflé l’or sur cette même piste lors des Jeux de Londres, en 2012.

La double championne olympique Sandra Perkovic a poursuivi sur ses succès en gagnant l’épreuve du lancer du disque grâce à un lancer de 70,31 mètres.

L’Australienne Dani Stevens s’est emparée de la médaille d’argent et elle a établi un record de continent en vertu d’un lancer d’une distance de 69,64 mètres. La Française Mélina Robert-Michon a complété le podium en raison d’un lancer de 66,21 mètres.

Il s’agissait d’un deuxième titre mondial pour Perkovic. Elle avait raflé l’or en 2013, à Moscou.

Au 1500 mètres masculin, les Kenyans ont dominé leurs rivaux pour monter sur les deux plus hautes marches du podium.

Elijah Manangoi a battu son compatriote Timothy Cheruiyot et il a décroché l’or. Le Norvégien Filip Ingebrigtsen a remporté la médaille de bronze.

Trois Kenyans menaient avec deux tours à faire, mais le triple champion du monde Asbel Kiprop n’a pas été en mesure de maintenir le rythme. Il a terminé neuvième.

Manangoi a parcouru la distance en 3:33,61 et il a été plus rapide que Cheruiyot par 38 centièmes.

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!