Martin Meissner Martin Meissner / The Associated Press

LONDRES — Pendant des années, les athlètes des États-Unis se sont discrètement demandés comment ils auraient pu s’en sortir s’ils tout le monde avait été sur le même pied d’égalité. Cette année, ils l’ont peut-être découvert.

Le classement des médailles aux championnats du monde d’athlétisme, conclus dimanche, a démontré que les efforts visant à s’attaquer à la crise mondiale du dopage pourraient avoir eu un impact direct sur les résultats eux-mêmes.

Démonstration A: Les États-Unis ont remporté 30 médailles, tandis que les athlètes de quatre pays dans le collimateur de la lutte antidopage — Kenya (11), Russie (6), Ethiopie (5) et Jamaïque (4) — en ont totalisé 26.

Il y a deux ans, le bilan s’établissait ainsi: États-Unis 17, Kenya 16, Jamaïque 12, Ethiopie 8, Russie 4.

Et il y a quatre ans, alors que la Russie accueillait la compétition et au milieu de ce que les enquêteurs ont qualifié de dopage endémique avec la complicité de l’État, les résultats ressemblaient à ceci: États-Unis 26, Russie 14, Kenya 12, Jamaïque et Éthiopie 10 chacune.

«Peut-être que le seul effet positif de la corruption et des scandales passés est qu’il oblige le sport à s’assurer qu’il ne se reproduise plus, a déclaré Travis Tygart, le président de l’Agence américaine antidopage. En fin de compte, c’est une bonne chose pour les athlètes propres.»

Parmi les changements qui ont eu lieu ces deux dernières années:

— La suspension de la fédération d’athlétisme russe. Seulement 19 Russes ont participé aux mondiaux cette année, 100 de moins qu’à Moscou en 2013. Les 19 y ont participé en tant qu’athlètes neutres parce que l’IAAF a déterminé qu’ils s’étaient soumis à des contrôles antidopage appropriés.

— Cinq pays, y compris les puissances que sont le Kenya et l’Éthiopie dans les épreuves de fond, ont été placés sur une liste de surveillance, ce qui signifie qu’ils font l’objet d’une surveillance serrée en raison des procédures laxistes en matière de lutte antidopage dans ces pays. La Jamaïque a également été scrutée de près, ce qui a entraîné la perte de la médaille olympique du relais en 2008 à cause du dopage de l’un des coéquipiers d’Usain Bolt.

— La Fédération internationale (IAAF) a mis en place une autorité indépendante chargée du programme antidopage. Une poignée d’anciens dirigeants de l’IAAF font l’objet d’une enquête pour leur rôle dans la dissimulation de cas de dopage et la corruption s’y rattachant.

«Nous devons être ouverts à ce sujet, a déclaré le président de l’IAAF, Sebastian Coe. Il y a eu des préjudices au sport disproportionnés par rapport au nombre relativement restreint de nations, et nous devons simplement en tenir compte.»

Signe de la volonté de l’IAAF d’aborder le problème de front, les mondiaux ont commencé par la réattribution des médailles de 11 épreuves datant de 2007.

«Il n’est pas seulement question de la Russie, mais parfois tu te dis en te présentant à une compétition, ‘ai-je une chance raisonnable? Si je fais la bonne chose, est-ce que tous les autres le font aussi?’» a mentionné la sprinteuse américaine Natasha Hastings, qui a reçu la médaille d’or du relais réattribuée de 2013.

C’est un refrain partagé au sein de la délégation des États-Unis, où les athlètes sont largement considérés comme soumis à l’un des programmes antidopage les plus rigoureux au monde.

«Il n’est pas rare que les athlètes de notre groupe d’entraînement soient testés tous les mois, a déclaré l’entraîneur américain Loren Seagrave, qui s’occupe des athlètes de plusieurs pays. À certaines occasions, tu es testé un jour, et ils reviennent à nouveau le lendemain. Je pense qu’ils sont aussi vigilants qu’ils le peuvent.»

Bien sûr, il est difficile de lier tous ces chiffres à la question du dopage ou de supposer que tous les problèmes sont résolus. De Marion Jones à Tim Montgomery en passant par Tyson Gay, les Américains ont un historique de dopage, illustré clairement aux mondiaux par la réaction des amateurs envers Justin Gatlin. Le champion du 100 mètres a été vertement conspué en raison de son passé de dopage — il a purgé deux suspensions.

Démonstration B (peut-être): Onze des 14 chronos victorieux dans les épreuves de sprint, incluant les relais et les haies, ont été plus lents qu’en 2013, date des derniers mondiaux tenus l’année après les Jeux olympiques. Mais une partie de ce constat — ainsi que la récolte modeste de la Jamaïque avec seulement quatre médailles — pourrait être attribuable à la difficile semaine de Bolt. Il a gagné une médaille de bronze au 100 mètres et a abandonné au relais 4 x 100 mètres, terrassé par une crampe à l’ischio-jambier gauche.

Le champion s’est offensé qu’on fasse le lien entre les chronos plus lents et le dopage, qualifiant cette allusion «d’irrespectueuse».

«Il y a ce qu’on appelle les blessures et, parfois, tout ne se passe pas aussi bien qu’on le souhaite, a déclaré Bolt. Nous avons offert un bon spectacle pour tous.»

Personne n’a apprécié autant le spectacle que les Américains, dont le total de 30 médailles est seulement à court de deux par rapport à la récolte obtenue l’année dernière aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro, alors que certaines réformes avaient commencé à se faire sentir et que la Russie n’avait envoyé qu’un membre de son équipe d’athlétisme.

«Il y a eu un gros brassage de cartes, certains médaillés étaient complètement inattendus, a reconnu la spécialiste du saut en longueur américaine Tianna Bartoletta, médaillée de bronze. Quelle qu’en soit l’explication, c’est prometteur. Je suis encouragée par ce que j’ai vu ici cette semaine.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!