CHICAGO — Derek Jeter a remporté cinq bagues de la Série mondiale durant sa carrière de 20 saisons avec les Yankees de New York. Il a amassé 3465 coups sûrs et a été élu 14 fois au match des Étoiles, devenant au passage l’une des plus grandes vedettes du baseball majeur. Est-ce que de tels succès vont se poursuivre dans les bureaux de direction des Marlins de Miami? Il faudra demeurer à l’écoute pour le savoir.

Jeter est un actionnaire minoritaire d’un groupe mené par Bruce Sherman, un investisseur en capital-risque, qui a conclu un accord de principe pour se porter acquéreur des Marlins de Miami, propriété de Jeff Loria, pour la somme de 1,2 milliard $.

Sherman a rencontré les membres du comité des propriétaires du Baseball majeur mercredi, et la transaction pourrait être conclue de façon définitive d’ici la fin de la saison.

La route est encore longue avant d’atteindre la ligne d’arrivée, mais si la vente est approuvée, l’ancien arrêt-court, de 43 ans prendra en main les opérations quotidiennes de l’équipe. Les Marlins ont terminé sous le seuil de ,500 tous les ans depuis 2010, un phénomène que Jeter n’a jamais vécu dans l’uniforme des Yankees.

«Je l’ai eu sous mes ordres pendant 12 ans et il est intelligent, a déclaré Joe Torre, son ancien gérant avec les Yankees.

«Il ressent les choses. Et vous savez quoi, il ne s’est jamais laissé impressionné par lui-même. Il a toujours été très à l’aise avec qui il était. Lors de sa première saison, il était âgé de 21 ans. Dès le mois d’août ou de septembre, les vétérans allaient le consulter. Il n’a jamais redouté les responsabilités. Il est résistant et possède une belle éducation.»

Torre était le gérant des Yankees lors de quatre des cinq championnats de Jeter, incluant en l’an 2000 lorsqu’il a été élu joueur le plus utile à son équipe pendant la Série mondiale. Bien que les fonctions que rempliraient Jeter avec les Marlins présenteraient un défi totalement inédit, Torre croit que Jeter a les atouts pour réussir.

«Il est un homme aux nombreuses facettes, affirme Torre qui oeuvre maintenant au sein du Baseball majeur.

«Je ne pense pas qu’il se lance là-dedans à l’aveuglette. Il est observateur, il a grandi dans une organisation où ce n’est pas facile, dans la ville de New York. Il a plusieurs fois dû démontrer qu’il était un homme responsable.»

Lorsqu’il se fait demander pourquoi il croit que Jeter saura connaître du succès avec les Marlins, la réponse du propriétaire des Yankees, Hal Steinbrenner, ne pouvait être plus limpide.

«Parce que c’est ce qu’il a toujours fait durant sa carrière. Cette organisation présente sa part de défis, mais il a du vécu. En ce qui a trait aux opérations baseball, je crois qu’il accomplira le travail.»

Jeter a amorcé sa carrière dans les Ligues majeures en 1995. Le numéro 2 qu’il a porté a été retiré en mai dernier et une plaque a été érigée en son honneur au «Monument Park», situé derrière la clôture du champ centre au Yankee Stadium.

Il a passé toute sa carrière de joueur à New York, et Steinbrenner avoue qu’il ne s’est pas encore fait à l’idée de voir Jeter travailler pour une autre organisation.

«Nous avons tenu une activité avec 100 détenteurs de billets de saison dans la salle de presse du Yankee Stadium récemment, a raconté le fils de l’ancien propriétaire George Steinbrenner.

«Ils m’ont posé la question et j’ai dit qu’il s’agirait d’une expérience surréaliste et pas totalement positive de le voir dans des couleurs différentes. Je pense que mon père aurait les mêmes sentiments.»

Le groupe de Bruce Sherman compte une dizaine de personnes, dont Michael Jordan, l’ancienne étoile des Bulls de Chicago de la NBA. Au moins 75 pour cent des propriétaires d’équipes du Baseball majeur doivent approuver la transaction, et le président des Marlins, David Samson, dit espérer que le vote se tienne pendant la troisième semaine du mois de septembre.

«Une fois que le vote est approuvé, il est possible de compléter la transaction à tout moment, a fait savoir Samson, qui pourrait demeurer avec les Marlins dans des fonctions quelconques après la vente.

«L’objectif serait de finaliser le tout quelques jours après l’acceptation (de la transaction) pour qu’ils prennent la relève à compter du premier jour de l’entre-saison», a ajouté Samson.

Jeter n’a pas fait le voyage à Chicago en prévision de la rencontre des propriétaires. Hannah, son épouse, est enceinte de leur premier enfant. Mais Samson affirme qu’il est une part intégrante du processus.

«Sa détermination est incroyable et il possède le talent pour remplir un tel rôle, constate Samson. Beaucoup de gens disent vouloir faire quelque chose, mais ils n’ont pas les outils pour y arriver. Il est le genre de personne qui veut faire quelque chose à la condition de savoir qu’il a les atouts pour le faire, et c’est ce qu’il a montré pendant les négociations. Il était très impliqué, il comprenait toutes les clauses et les complexités d’une telle transaction, et en ce qui a trait aux opérations quotidiennes d’une franchise, il sait ce qu’il veut.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!