TORONTO — Trois cyclistes russes poursuivent l’Agence mondiale antidopage (AMA) et le renommé avocat canadien qui a mené la récente enquête explosive sur les allégations de dopage russes.

Le trio allègue que l’AMA, dont les bureaux sont installés à Montréal, et le professeur de droit de l’Université Western, Richard McLaren, «les ont injustement impliqués» dans un prétendu système de dopage.

Kirill Sveshnikov, Dmitry Strakhov et Dmitry Sokolov allèguent dans leur requête que l’enquête dirigée par McLaren était «précipitée et compromise».

Ils affirment qu’ils ont été empêchés de prendre part aux Jeux olympiques de Rio en raison de leur implication dans le rapport McLaren et ont subi de «graves préjudices à leur réputation.»

Les trois athlètes ont tenté de porter leur cas devant le Tribunal arbitral du sport avant les Jeux de Rio mais sans succès.

Sveshnikov allègue que l’AMA et McLaren ont privé les trois cyclistes russes de concrétiser leur objectif de toujours de participer aux Jeux olympiques de Rio, et ont «faussement associé» leurs noms à «tricheurs et dopage».

McLaren a révélé dans deux rapports l’année dernière un programme de tricherie orchestré qui impliquait le ministère russe du sport, le service de sécurité FSB et les organismes nationaux de sport et de lutte contre le dopage. Le complot a aidé l’équipe nationale russe à remporter des médailles aux Jeux olympiques d’hiver de 2014 à Sotchi et aux championnats du monde d’athlétisme de 2013 à Moscou.

La requête a été déposée devant la Cour supérieure de l’Ontario.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!