TOKYO — Le stade olympique de Tokyo prend forme avec 22 grues sur le site et l’installation des gradins des spectateurs après 10 mois de travaux sur les fondations souterraines.

Avec une date butoir dans un peu plus de deux ans, le travail est intense.

Le ministre olympique Shunichi Suzuki, dans le cadre d’une visite du nouveau Stade national, a révélé que la construction se déroule selon les prévisions, louant l’efficacité du déroulement des opérations. Il a déclaré que toute la technologie disponible devait être mobilisée pour terminer le stade avant la date limite de novembre 2019. Suzuki a toutefois averti que les travailleurs ne devraient pas accumuler des heures supplémentaires.

«Les conditions de travail doivent respecter les normes légales», a averti Suzuki.

Suzuki a fait allusion au suicide cette année d’un travailleur lié au surmenage, ou «karoshi», et a abordé les préoccupations concernant l’environnement de travail. Il a rappelé à la principale entreprise de construction Taisei Corp. et au Japan Sport Council, le gestionnaire du stade financé par le gouvernement, de surveiller de près le surmenage. Des mesures ont depuis été prises et l’environnement de travail s’est amélioré.

La construction a pris un retard d’un peu plus d’un an sur son échéancier, alors que les plans originaux du stade ont été abandonnés en raison de l’augmentation vertigineuse des coûts et d’un design impopulaire. Le gouvernement a approuvé la construction d’un stade de 150 milliards de yens (1,5 milliard $ US) par une coentreprise formée de Taisei, Azusa Sekkei Co. et le bureau de Kengo Kuma, un architecte qui a conçu les nouveaux plans.

Afin de gagner du temps, Taisei et ses sous-traitants apportent des éléments préfabriqués et semi-assemblés en usines pour en accélérer l’installation.

Le site compte environ 1000 travailleurs en moyenne, a déclaré Yukio Komatsu, un responsable de la planification et de la gestion sur place. Environ 3000 personnes seront nécessaires par jour plus tard, lorsqu’on travaillera simultanément sur le toit, l’extérieur et l’intérieur du stade. Komatsu a déclaré que la main-d’œuvre devrait être sécurisée jusqu’à la fin du projet.

Le Japon a été confronté à une pénurie de travailleurs de la construction à la suite du tremblement de terre et du tsunami de mars 2011 alors que la région continue de se reconstruire. La frénésie de la construction pour les sites olympiques et les installations connexes augmentent la crise et la charge de travail, ce qui rend les travailleurs de la construction de plus en plus vulnérables au surmenage, disent les experts.

Les retards dans la construction du stade ont fait partie des préoccupations en vue des Jeux olympiques, mettant en évidence une absence généralisée de maîtrise des coûts. Les dirigeants se préoccupent d’un éventuel retard dans la construction des routes reliant les principaux sites olympiques près d’un nouveau projet de marché de poisson, qui a été frappé par un scandale de construction et des eaux souterraines contaminées.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!