Graham Hughes Graham Hughes / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Les joueurs de l’Impact de Montréal partagent la frustration du président de l’équipe, mais ils refusent de baisser les bras alors que leurs chances de participer aux séries éliminatoires sont de plus en plus minces.

Au lendemain de la publication d’une lettre de Joey Saputo sur le site Internet de l’équipe, les vétérans Patrice Bernier et Hassoun Camara ont commenté les propos de celui qui est aussi le propriétaire de l’Impact.

«Nous n’avions pas besoin d’un communiqué médiatique pour savoir qu’il était mécontent, a affirmé Camara. Nous les premiers, nous ne sommes pas contents de la situation. Nous pensions nous être accrochés au bon wagon en enchaînant quatre victoires, mais c’est plutôt le scénario catastrophique qui s’est produit.

«C’est difficile pour nous, pour tout le monde, incluant le propriétaire. C’est son club et c’est normal qu’il s’exprime de la sorte. C’est son droit. À nous de réagir sur le terrain.»

L’Impact a signé quatre victoire d’affilée du 5 au 19 août. Depuis, le Bleu-blanc-noir a encaissé quatre revers consécutifs, incluant une défaite de 3-2 contre le Minnesota United, samedi. Dans sa lettre, Saputo a d’ailleurs déclaré que la dernière performance de son équipe était «en deçà de nos attentes et de celles de nos membres, de nos supporters et de cette ville».

Bernier s’est mal expliqué le relâchement de l’équipe après avoir accordé un premier but au Minnesota United. Il a admis que l’équipe était plus «fragile» présentement que lors de sa récente série de quatre victoires.

«De la manière dont nous avions débuté le match, même moi sur le terrain je pensais que nous étions partis pour gagner 2-0 ou 3-0, a raconté Bernier. Nous avons encaissé un but, puis nous avons commencé à jouer sur les talons.

«Mais nous ne pouvons pas nous poser trop de questions sur le passé. Nous devons nous pencher sur le prochain match.

«Que le président divulgue son mécontentement, c’est normal. En Europe, c’est comme ça, a ajouté Bernier, qui a passé près d’une décennie à jouer de l’autre côté de l’Atlantique. À Montréal, nous ne sommes peut-être pas habitués à voir un président comme ça. Au football, c’est comme ça.»

En plus d’exprimer sa frustration, Saputo a également demandé aux partisans d’être patients, revenant sur le plan quinquennal mentionné à la fin de la dernière campagne. Il déclare que les résultats actuels ne changeront pas les plans.

Questionné à savoir si les deux idées pouvaient être perçues comme étant contradictoires, Camara a peut-être clarifié un peu le raisonnement du président.

«Sur le plan sportif, nous nous concentrons sur le présent. Ce qui est sur le long terme, ce sont les idées structurelles qui prennent du temps et qui font en sorte que les supporters doivent être patients. C’est ce qu’a voulu lancer le président», a expliqué le Français âgé de 33 ans.

Dans son message, Saputo disait avoir rencontré non seulement les joueurs, mais aussi le personnel technique. Lundi, l’entraîneur-chef Mauro Biello n’a pas voulu spéculer sur son avenir à la tête de l’équipe, alors que le mécontentement des partisans à son endroit ne cesse d’augmenter.

«La pression est toujours là, a dit celui qui en est à sa deuxième saison complète comme entraîneur-chef. Quand l’équipe joue bien, c’est grâce aux joueurs et quand elle joue mal, c’est la faute de l’entraîneur. Ça fait partie du métier. Je me concentre sur ce que je contrôle. (…) Mon travail est d’aider l’équipe à chaque jour.»

Avec six matchs à jouer cette saison, l’Impact accuse six points de retard sur les Red Bulls de New York et le sixième et dernier rang donnant accès aux séries.

L’Impact rendra visite au Toronto FC, mercredi, puis à l’Atlanta United, dimanche prochain.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!