MONTRÉAL — Le premier gala de la série Chrono Aviation de Groupe Yvon Michel aura permis de préciser l’avenir à court terme de deux des protégés du promoteur montréalais.

Le lourd Oscar Rivas, pour un, a fait une entrée fracassante dans le top-15 mondial en terrassant l’expérimenté Costaricain Carl Davis Drumond en 68 secondes seulement.

Celui qu’on n’avait plus vu depuis sa victoire par K.-O. technique au troisième round de son affrontement face à Jeremiah Karpency, en juin 2016, à Québec, a dirigé toute sa frustration des derniers 14 mois sur Drumond (31-5, 25 K.-O.), qu’on ne devrait plus revoir sur un ring après le genre de performance qu’il a offerte, jeudi, au Casino de Montréal.

Avec cette victoire, Rivas a maintenant une fiche parfaite de 21 gains en autant de combats, dont 16 avant la limite. Il a également mis la main sur le titre vacant de la North American Boxing Federation (NABF), l’antichambre du World Boxing Council (WBC), dont le titre est détenu par l’Américain Deontay Wilder.

Cette ascension de Rivas aux classements aura pour conséquence qu’il alimentera les discussions, autant celles des promoteurs américains que celles des réseaux de télévision.

Pourquoi ne pas affronter un pugiliste classé 14e au monde plutôt que d’affronter un boxeur du top-5? Voilà une question que tous les promoteurs se posent quand vient le temps de planifier la carrière de leurs poulains. La réponse pour bien d’entre eux pourrait être Rivas.

Sa fiche et sa réputation de dur cogneur en feront un adversaire très valide. Une victoire contre Rivas garantirait une montée aux classements, tandis qu’une défaite serait plus qu’honorable, sans pour autant ternir une réputation.

Michel le sait fort bien.

«Le travail maintenant, ce sera d’augmenter la valeur d’Oscar, a souligné le promoteur. Il faudra lui opposer des adversaires qui sont aguerris, qui ont une bonne notoriété.»

Pour ce faire, l’objectif est de lui trouver une place pendant la retransmission de Showtime du gala qui mettra en vedette le combat de championnat du monde des mi-lourds du WBC entre Adonis Stevenson et Eleider Alvarez. Le promoteur travaille toujours à trouver une date qui convienne à la télévision américaine. Si on parlait de décembre, le début janvier 2018 n’est pas exclu et tout semble pointer vers un affrontement à Québec, puisque le Centre Bell et la Place Bell ne sont pas disponibles, selon Michel.

Si Michel estimait, jeudi, que les chances d’une offre de championnat étaient minces dans un avenir rapproché, il a rappelé que les choses changent rapidement dans le monde de la boxe. Il n’aurait su dire plus vrai.

ESPN rapporte vendredi que la défense de titre que Wilder devait livrer au puissant Cubain Luis Ortiz, le 4 novembre, a été annulée puisque Ortiz a échoué un autre test antidopage. Peut-être que le téléphone de Michel sonnera plus rapidement que prévu finalement…

Phinn confirme

L’autre boxeur qui a offert plusieurs réponses à Michel est le mi-lourd Shakeel Phinn. Celui que l’on surnomme le «Rouleau-compresseur jamaïcain» a fait honneur à sa réputation en démolissant en quatre rounds le Mexicain Mario Aguilar, poussant le champion de la Côte du Pacifique à abdiquer avant que la cloche n’annonce le début du cinquième assaut.

Phinn (16-1, 11 K.-O.) a maintenant remporté ses 14 derniers combats et semble s’améliorer à chacune de ses sorties. Jeudi, c’est son percutant crochet du gauche qui a fait écarquiller bien des yeux parmi l’assistance.

«C’est mon coup préféré, a admis le boxeur de Brossard. J’ai travaillé là-dessus pour ce combat. Je voulais commencer à le travailler au corps pour monter afin de pouvoir le placer comme il faut. Je l’ai bien eu ce soir.

«À chaque combat, on m’offre un meilleur adversaire et je sens que ma boxe progresse au même rythme, a fait valoir Phinn. Ma défense devient énorme, mes combinaisons sont meilleures, mon jab aussi.»

Phinn devrait signer sous peu un contrat le liant à GYM. Michel a affirmé que la dernière performance de Phinn a probablement été sa meilleure en carrière.

«On l’aime beaucoup. Notre objectif est de lui offrir un championnat mineur bientôt. La seule question qui demeure dans son cas, est de savoir s’il se battra à 168 ou 175 livres, a indiqué le promoteur. Il a de la difficulté à descendre à 168: il était un peu lourd (jeudi).

«Il se battra de nouveau le 7 décembre, a ajouté le promoteur. La nature du combat va dépendre des titres disponibles et de la division dans laquelle il voudra se battre.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!