Pablo Martinez Monsivais Pablo Martinez Monsivais / The Associated Press

WASHINGTON — Après avoir envenimé le dossier des joueurs de la NFL qui manifestent pendant l’hymne américain, le président Donald Trump s’est cantonné à peu de choses près au hockey, mardi, lors de la visite à la Maison-Blanche des Penguins de Pittsburgh, les champions en titre de la coupe Stanley.

Il a dit des Penguins qu’ils sont «de vrais champions et de formidables patriotes».

Recevant le club dans le Bureau ovale, Trump a plus tard souligné les accomplissements de Sidney Crosby, Evgeni Malkin et Phil Kessel, notamment.

Trump s’est immiscé dans les manchettes sportives ces derniers temps, critiquant les athlètes posant un genou au sol pendant le Star-Spangled Banner, en plus de retirer une invitation faite aux Warriors de Golden State, les champions en titre de la NBA.

Quelques heures après avoir gazouillé que la perception des impôt devrait être modifiée pour punir les équipes de la NFL, au sujet des manifestations pendant l’hymne américain, Trump a dit à la blague que Ron Burkle, copropriétaire des Penguins, devrait l’aider à renégocier l’Accord de libre-échange nord-américain.

Crosby a souvent répété que la décision d’aller à la Maison-blanche n’avait rien de politique. L’entraîneur Mike Sullivan y a fait écho, disant ne pas avoir l’impression que les Penguins étaient utilisés comme des faire-valoir par Trump.

«Personne ne choisit un camp ou un autre, a commenté Sullivan. Personne ne prend position. Nous rendons simplement hommage à notre championnat et aux exploits de nos joueurs.»

Parmi les 18 joueurs qui ont remporté la coupe en juin et qui font encore partie des Penguins, sept sont Américains: Kessel, Ian Cole, Brian Dumoulin, Jake Guentzel, Bryan Rust, Chad Ruhwedel et Conor Sheary. Crosby et six autres sont Canadiens. Il y a aussi deux Suédois, un Russe et un Finlandais.

Trump a félicité les Penguins pour être devenus les premiers champions à rééditer depuis les Red Wings en 1997 et 1998. Il a louangé les qualités de golfeur de Mario Lemieux, copropriétaire de l’équipe, et a moussé le match que les Penguins vont disputer face aux Capitals au Verizon Center, mercredi. Il a aussi confié s’attendre au retour des Penguins à la Maison-blanche, l’an prochain.

«Ce sont réellement de grands champions du monde, a dit Trump. Voilà ce qu’ils sont. Des champions du monde.»

Sullivan a ajouté qu’en guise de cadeau, les Penguins ont remis à Trump un item dont la nature n’a pas été dévoilée.

Sullivan a été le seul membre de l’organisation à s’adresser aux journalistes après la visite. Il a dit que derrière les portes closes, il n’a été nullement question de choses politiques.

J.T. Brown du Lightning, l’un des 18 joueurs noirs dans la LNH, est devenu samedi le premier à manifester dans la ligue, soulevant le poing durant l’hymne américain avant un match, à Sunrise.

Sullivan a dit qu’il n’y aurait pas de problème si un de ses joueurs posait un geste du même genre.

«Nous sommes très respectueux du droit de quiconque de manifester de la manière qu’ils estiment appropriée, a dit Sullivan, un Américain. Nous sommes très respectueux envers ça.»

Le commissaire de la LNH, Gary Bettman, dit respecter les opinions des joueurs à propos de dossiers politiques et sociaux. Il affirme que concernant les questions sociales, il est question de croyances personnelles et de choix individuels.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!