NEW YORK — Malgré le mécontentement de nombreux amateurs et les accusations d’antipatriotisme émises par le président des États-Unis, les dirigeants de la NFL ne changeront pas la politique de la ligue en ce qui a trait aux hymnes nationaux.

Le commissaire Roger Goodell et plusieurs propriétaires ont fait savoir mercredi qu’il n’avait jamais été question de modifier l’expression «devraient se lever» par «doivent se lever», en parlant des joueurs.

Selon le propriétaire des Giants de New York, John Mara, son homologue des Cowboys de Dallas, Jerry Jones, a «parlé en long et en large» aux autres propriétaires au sujet des hymnes nationaux. Récemment, Jones a déclaré que tout joueur de son équipe qui ne se lèvera pas pendant l’interprétation du «Star-Spangled Banner» ne jouera pas.

Goodell a répété que la ligue et ses 32 équipes croient que tout le monde devrait se lever pendant l’hymne national.

Selon Goodell, il est important de rendre hommage au drapeau et au pays et le commissaire est d’avis que c’est ce que les amateurs s’attendent à voir.

Interrogé sur les menaces de mesures disciplinaires aux joueurs qui ne se lèvent pas, Goodell a fait savoir que les propriétaires n’avaient pas traité de cette question.

«Ce n’était pas nécessaire, a-t-il commenté. Nous nous sommes assurés que toutes nos équipes saisissaient le genre de dialogue qui a eu lieu et les éléments qui les intéressent en matière de soutien.

«Je vous dirais qu’il s’agit de dialogues sans précédent entre nos joueurs et nos propriétaires, entre nos représentants d’équipes et notre ligue, et il s’agit d’un changement vraiment positif pour nous», a ajouté Goodell.

Interrogé sur le plus récent gazouillis du président Donald Trump, mercredi, au sujet des démonstrations pendant l’hymne national, Goodell a affirmé que la ligue n’était pas antipatriotique.

«Tout le monde a une très haute opinion de notre pays et beaucoup de fierté», a lancé le commissaire, tout en ajoutant que la NFL «ne craint pas les conversations robustes».

«Nous essayons de ne pas tomber dans la politique.»

Dans un moment jamais vu à une réunion des gouverneurs de la NFL, un groupe de 11 propriétaires et une dizaine de joueurs se sont rencontrés pendant plus de deux heures aux quartiers généraux de la ligue, mardi. Il a notamment été question d’améliorer les plateformes permettant aux joueurs de s’exprimer sur des sujets à connotation sociale.

Les deux clans disent que leur message a été mal saisi parce qu’il a été mal interprété par le président et les amateurs.

«Je comprends ce qu’ils peuvent ressentir face à ces questions, a déclaré Goodell mercredi. Nous avons les mêmes sentiments face au patriotisme et au drapeau et je crois que c’est le cas de nos joueurs, également. Nous appuyons les efforts de nos joueurs.»

Après la réunion de mardi, plusieurs joueurs ont affirmé qu’il y avait eu des progrès non seulement pour expliquer leur position, mais aussi dans la façon que les 32 propriétaires d’équipes de la NFL pourraient appuyer des initiatives en ce sens.

«Je crois que nous avons tous des intérêts communs, a déclaré le maraudeur Malcolm Jenkins, des Eagles de Philadelphie. Les joueurs font partie de cette ligue, et nous voulons nous assurer que la qualité du produit sur le terrain est de haut niveau. En même temps, nous avons une responsabilité envers les communautés dans lesquelles nous vivons, celles d’où nous venons, et je crois qu’il y a un intérêt pour prôner la collaboration plutôt que la confrontation.»

Comme bien des propriétaires d’équipes, Mara a dit aux joueurs des Giants qu’ils devraient se lever pendant l’hymne national. Toutefois, s’ils ont une raison qui les pousse à ne pas le faire, l’équipe n’interviendra pas.

Mara s’attend à ce que les discussions se poursuivent entre les joueurs et les propriétaires au cours des prochaines.

Et il s’attend aussi à ce que le président Trump continue ses critiques.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!