Un match sans grande signification pour les Alouettes de Montréal revêtera un tout autre cachet pour le vétéran demi inséré Nik Lewis.

Le vétéran de 35 ans sera de retour là où sa brillante carrière dans la Ligue canadienne de football s’est amorcé, vendredi, quand les Alouettes (3-13) affronteront les Roughriders de la Saskatchewan (9-7) au nouveau Mosaic Stadium de Regina.

C’est dans cette ville que Lewis a inscrit plusieurs premières — première victoire, premier attrapé, premier touché — en juin 2004, quand ses Stampeders de Calgary ont vaincu les Riders 33-10 dans l’ancien domicile de l’équipe, maintenant démoli.

Treize ans plus tard, il est le meneur de la LCF avec 1048 réceptions et s’apprête à tirer un trait sur sa frucuteuse carrière, ponctuée de deux coupes Grey.

«Je me rappelle mon premier match en Saskatchewan. Ce sera spécial de savoir que ce qui pourrait être mon dernier se tiendra là aussi, a dit Lewis. Je me rappelle très bien ces attrapés. Je me rappelle de l’atmosphère dans ce stade. D’obtenir une victoire à mon premier match dans la LCF constituait toute une histoire pour moi.»

Lewis ne sait pas si la rencontre de vendredi sera sa dernière, mais il est en paix si jamais c’est le cas.

«Je pense que pour la suite des choses, ça dépendra beaucoup de qui sera nommé entraîneur (des Alouettes) l’an prochain, quelle direction il souhaite prendre et s’il veut m’avoir dans sa formation, que ce soit comme joueur ou entraîneur», a-t-il indiqué.

Avant de penser à tout cela, Lewis souhaite mettre un terme à la difficile saison des Alouettes sur une bonne note. La formation de Kavis Reed vient de perdre ses neuf dernières sorties, une série d’insuccès que n’avait jamais connue la deuxième mouture des Alouettes, qui ont égalé une marque remontant à 1981.

«Nous n’avons pas offert de bonnes performances. Nous avons eu à vivre avec beaucoup de changements. Vous tentez de trouver le moindre truc positif. D’aller battre une bonne équipe serait quelque chose de positif.»

Les Alouettes occupent le dernier rang dans presque toutes les statistiques, dont les points marqués, les points marqués par l’unité offensive, les touchés et les touchés marqués par la défense.

Qui plus est, l’équipe est assurée de connaître sa pire saison des 21 dernières années et pourrait établir une nouvelle marque de médiocrité pour une saison de 18 rencontres. En 1986, dernière campagne des «Alouettes 1.0», l’équipe n’avait pu faire mieux que 4-14.

Quoi qu’il en soi, Lewis ne veut pas parler de sauver la saison du club au cours de ces deux derniers duels.

«Il s’agit d’établir une fondation, a-t-il expliqué. C’est davantage que de gagner ou perdre ces matchs. De trouver votre rythme est toujours difficile quand vous perdez comme nous l’avons fait. C’est difficile de retrouver sa concentration. Mais de prouver que vous pouvez vous remettre sur les rails, tourner la page, c’est immense. Nous voulons continuer de mettre la barre haute. Les victoires suivront.»

Exclus des séries pour une troisième saison consécutive, les Alouettes ont déjà déterminé que Darian Durant, malgré toutes les difficultés qu’il a connues cette saison, allait être leur quart partant pour ce duel. Une autre mauvaise sortie de sa part pourrait toutefois faire en sorte que Reed envoie le jeune Matthew Shiltz dans la mêlée dès le début de la rencontre face aux Tiger-Cats de Hamilton, la semaine prochaine.

Les Roughriders se préparent quant à eux pour les matchs éliminatoires du circuit Ambrosie, auxquels ils participeront pour la première fois depuis 2014. Il s’agit d’une première pour Chris Jones et son personnel d’entraîneurs, qui se sont joints à l’équipe à la fin 2015. Les Riders ont assuré leur place avec une convaincante victoire de 30-7 à Calgary, la semaine dernière.

L’équipe ignore toutefois si elle se frottera aux Blue Bombers de Winnipeg en demi-finale de l’Ouest ou si elle sera invitée à croiser dans l’Est, où elle serait opposée au Rouge et Noir d’Ottawa ou aux Argonauts de Toronto.

Frédéric Daigle du bureau de Montréal a participé à la rédaction de cet article.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!