WINNIPEG — Tristan Okpalaugo ne jouait pas pour les Blue Bombers de Winnipeg quand l’entraîneur-chef Mike O’Shea lui a laissé une bonne impression.

Après tout, ce n’est pas tous les jours que quelqu’un sauve votre mère d’un accident de voiture.

Au terme d’un entraînement en prévision de la demi-finale de la section Ouest de la Ligue canadienne de football contre les Eskimos d’Edmonton, l’ailier défensif des Blue Bombers s’est souvenu de la vivacité d’esprit de O’Shea il y a trois ans.

Okpalaugo évoluait pour les Argonauts de Toronto, en 2014. Il était en nomination pour le titre de la meilleure recrue de l’Est et il était présent à Vancouver pour la remise des honneurs de la LCF.

Sa mère, MaryAnn, était arrivée de la Californie et elle est allée souper avec son fils. O’Shea se trouvait dans le même restaurant et il a quitté au même moment.

«Il faisait sombre et nous marchions. Ma mère n’avait pas vu que le trottoir se terminait et elle a marché dans la rue alors qu’une voiture s’amenait sans même penser aux piétons, a indiqué Okpalaugo. O’Shea l’a empoignée et il l’a ramenée sur le trottoir.»

Okpalaugo a disputé une autre saison avec les Argonauts avant de tenter sa chance avec une équipe de la NFL, l’année dernière. Il n’a pas réussi à se tailler un poste alors il s’est entendu avec les Blue Bombers, au mois de février.

Même s’il n’a pas oublié ce moment, Okpalaugo a déclaré que ça n’avait pas joué dans sa décision de signer un contrat avec les Blue Bombers.

En contrepartie, sa mère est plutôt fière qu’il ait choisi de jouer pour O’Shea.

«Elle a assisté à deux matchs et chaque fois, elle me demande comment va Mike, a mentionné Okpalaugo. Elle lui a même apporté des chocolats la dernière fois.»

O’Shea, un secondeur membre du Temple de la renommée de la LCF, a dit que sa bonne action n’était qu’un simple réflexe.

«Je n’étais pas conscient de la situation. C’était simplement instinctif, a-t-il affirmé. Quelqu’un pose ce genre de geste chaque jour.»

Il a toutefois apprécié les chocolats.

La mère d’Okpalaugo ne pourra pas être présente à Winnipeg pour la demi-finale. Il s’agira du premier match éliminatoire des Blue Bombers à domicile depuis 2011 et le premier depuis l’ouverture du Investors Group Field, en 2013.

Son fils et ses coéquipiers en défensive auront un rôle clé à jouer lors de cet affrontement, surtout que l’état de santé du quart des Blue Bombers Matt Nichols reste un point d’interrogation.

Blessé au mollet, Nichols ne s’est pas entraîné vendredi, mais c’est parce que son épouse Ali a donné naissance à la deuxième fille du couple.

Le quart remplaçant Dan LeFevour a mené la meilleure attaque de la LCF, mais O’Shea a fait savoir que le statut de Nichols était le même. Il va jouer, mais on ne sait pas s’il sera le partant.

Les Blue Bombers (12-6) ont remporté les deux duels contre les Eskimos (12-6) cette saison. Le premier, une victoire de 33-26 en août, a mis fin à une série de sept gains des Eskimos. Le deuxième a eu lieu le 30 septembre, au compte de 28-19. Il s’agissait du sixième revers consécutif de la formation d’Edmonton.

Les choses ont toutefois bien changé. Les Eskimos ont conclu la saison en gagnant leurs cinq dernières parties tandis que les Blue Bombers ont montré une fiche de 2-3 lors de cette séquence.

Okpalaugo a cependant eu trois sacs du quart dans un gain de 23-5 aux dépens des Stampeders de Calgary, la semaine dernière. Il a ajouté six plaqués et il a récupéré un échappé qu’il a ramené sur 51 verges pour son premier touché en carrière dans la LCF.

Il espère faire vivre au quart des Eskimos Mike Reilly le même calvaire.

«J’ai l’intention d’être devant lui et de le pourchasser tout le match. C’est mon plan de match, de me rendre rapidement au quart et d’obtenir quelques sacs. Je veux causer des ennuis et rendre la tâche facile aux secondeurs et aux demis défensifs», a conclu Okpalaugo.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!