Graham Hughes Graham Hughes / La Presse Canadienne

BROSSARD, Qc — Une douzaine d’heures plus tard, la défaite de 5-4 du Canadien de Montréal aux mains des Coyotes de l’Arizona passait toujours aussi mal dans le vestiaire du Complexe sportif Bell. Mais pour Claude Julien, la visite de grands rivaux, samedi soir, se veut une belle occasion de montrer de quel bois se chauffent ses joueurs.

Pour la deuxième fois de la saison, les Maple Leafs de Toronto seront de passage au Centre Bell, eux qui seront à la recherche d’une sixième victoire consécutive.

Pendant ce temps, le Canadien tentera de compléter son séjour de six matchs devant ses partisans avec une fiche supérieure à ,500, un objectif qu’il réalisera s’il bat les Maple Leafs en temps réglementaire.

«Peu importe contre qui on joue, c’est important de rebondir de la bonne façon, a nuancé Julien. Comme je l’ai dit hier (jeudi), nous avons joué une bonne première période. Ensuite, ça s’est détérioré et on s’est vraiment fait du mal avec notre performance.

«Ce qu’il y a de dommage dans le hockey, c’est qu’on joue 82 matchs et nous n’avons pas beaucoup de temps pour apporter toutes les corrections, comme au football où tu as une semaine pour le faire. Nous avons une occasion de rebondir et d’une façon, ce n’est pas une mauvaise chose. Demain, c’est quand même un match assez important, nous le savons tous.»

Par contre, la tâche qui attend le Tricolore pourrait s’avérer plus difficile encore si Max Pacioretty, Jonathan Drouin et Jordie Benn ne sont pas rétablis d’un virus qui semble courir dans le vestiaire de l’équipe et qui les a forcés à s’absenter de la séance d’entraînement, vendredi.

Mardi, Torrey Mitchell avait également été mis hors de combat par un virus à peine quelques heures avant le match contre les Blue Jackets de Columbus, qu’il a d’ailleurs raté.

«Tu veux que tes leaders soient tes leaders, mais ils ne peuvent pas agir seuls. Il faut que toute l’équipe fasse partie de la solution. On fait face à beaucoup d’adversité, et c’est à nous de bien répondre et de gérer le tout de la meilleure façon possible, a expliqué Julien.

«Ce match procure aux joueurs une opportunité d’afficher du caractère en se présentant sur la glace et en montant que la performance d’hier soir était inacceptable», a-t-il renchéri.

Le défenseur Karl Alzner voyait les choses du même oeil.

«La visite des Maple Leafs se veut un beau défi. Si nous pouvons trouver un moyen de livrer un bon match et mériter la victoire, ce serait une belle façon de rebondir. Ça nous donnerait une bonne tape dans le dos et nous pourrions oublier la défaite hier soir et celle lors du match précédent.»

Comme il n’y a plus rien à faire et qu’il est impossible de changer le passé, oublier la défaite de jeudi est le mot d’ordre chez le Canadien. Toutefois, note Jeff Petry, les joueurs doivent aussi garder en tête, jusqu’à un certain point du moins, le mauvais souvenir qu’elle leur a laissé.

«Nous étions tous très déçus et peu importe l’adversaire, chaque défaite fait mal. Vous pensez à certaines choses le lendemain, mais au fur et à mesure que la journée avance, il faut l’oublier. Il faut seulement se rappeler de la sensation que nous avons ressentie après le match parce que nous ne voulons pas qu’elle revienne.»

Par ailleurs, il n’y a rien de nouveau avec la situation du gardien Carey Price, qui n’a pas patiné avant ses coéquipiers.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!