MONTRÉAL — Claude Julien a pris du temps à venir rencontrer les journalistes après la cinglante défaite de 6-2 contre les Oilers d’Edmonton samedi soir au Centre Bell. C’est sans doute parce qu’elle lui a laissé un goût très amer à la bouche. Plus que d’autres qui peuvent survenir au fil d’une longue saison.

«Vous savez comment se sentaient les Red Wings de Detroit après que nous les avons battus 10-1 la semaine dernière? C’est un peu comment nous nous sentons ce soir (samedi). Ce n’est pas une défaite agréable et je ne m’en lave pas les mains. Mais il faut tourner la page et nous préparer pour le prochain match. Je n’ai pas le choix», a déclaré l’entraîneur-chef du Canadien.

Julien était évidemment déçu de l’issue finale d’autant plus, a-t-il soulevé, que ses joueurs avaient tout de même connu un assez bon début de match. Ça s’est gâté après que Michael Cammalleri eut ouvert la marque pendant la huitième minute de jeu du premier vingt.

«Pendant les sept premières minutes et demie, jusqu’à temps qu’ils marquent le premier but, on n’était pas à plat. Le match a changé quand on a donné deux buts rapides. On est sorti en deuxième et on en a donné deux autres rapides. Je pense que c’est là que l’équipe s’est plus ou moins effondrée. On était quand même bien préparé, on semblait être prêt à jouer mais les données ont changé rapidement», a relevé Julien.

Ce dernier n’a également pas apprécié la façon dont ses joueurs ont commencé la troisième période, alors que le match n’était pas encore hors de portée. Julien n’a pas nommé de nom, mais il n’y a qu’à consulter le sommaire du match pour comprendre qu’il déplorait les deux visites successives de Brendan Gallagher au cachot. Il n’a fallu que six secondes aux Oilers pour exploiter la seconde punition.

«Nous amorçons la troisième période en espérant inscrire un but rapide, pour réduire leur avance à 4-2 et nous donner un peu d’élan. Plutôt, on écope deux pénalités en moins de cinq minutes. Au lieu d’obtenir ce que nous voulions, nous avons empiré les choses.»

En subissant un troisième revers en autant de sorties cette semaine, le Canadien a presque totalement effacé sa série de cinq victoires entre le 25 novembre et le 2 décembre. Tour à tour invités à expliquer comment l’équipe pouvait passer du meilleur au pire en si peu de temps, Shea Weber, Carey Price et Julien n’ont trouvé aucune réponse.

«Si je le savais, j’aurais certainement fait quelque chose pour corriger le tir, a commenté Julien. C’est frustrant. Nous avons connu une bonne période, mais la dernière semaine a été difficile pour nous. En bout de ligne, il aurait fallu être meilleurs que nous l’avons été ce soir. Comme je l’ai mentionné, nous n’avons pas été bons après leurs deux buts rapides. Pour une raison quelconque, notre exécution a empiré au fur et à mesure que le match progressait.»

Avec un délai de quatre jours avant le prochain match, jeudi prochain contre les Devils du New Jersey à Montréal, Julien aura amplement le temps de s’affairer à trouver des solutions pour relancer sa troupe.

«Je dois apporter des correctifs et nous devons regarder les éléments où nous devons nous améliorer. Il faut être meilleurs pour gagner des batailles pour les rondelles libres. Si nous améliorons cet aspect de notre jeu, nous allons probablement passer plus de temps en zone adverse, et sortir plus rapidement de notre territoire. Il s’agit d’un sport de petits détails, et nous devons être meilleurs dans les petits détails.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!