MONTRÉAL — Le Canadien de Montréal a perdu un autre match de hockey, samedi soir au Centre Bell. Un match au cachet spécial puisqu’il l’opposait à ses plus grands rivaux, les Bruins de Boston. Mais cette fois-ci, le fait de ne pas avoir récolté deux points au classement occupait moins les pensées des joueurs que l’état de santé d’un valeureux coéquipier.

Après leur revers crève-coeur de 4-3 en tirs de barrage, les hommes de Claude Julien semblaient au moins soulagés après avoir pris connaissance des plus récentes nouvelles au sujet de Phillip Danault.

Le jeune centre du Canadien a subi une blessure la tête après avoir été atteint par un violent tir de Zdeno Chara alors qu’il restait 1:37 à écouler à la deuxième période et que le score était de 3-3.

La puissance du tir était telle que Danault, qui se trouvait à une vingtaine de pieds du colosse des Bruins, s’est écroulé sur la glace en se tenant l’arrière de la tête à deux mains.

En voyant la scène, l’attaquant Jake DeBrusk, qui avait effectué la passe à Chara, a immédiatement fait signe en direction du banc des joueurs du Canadien afin qu’un soigneur vienne en aide à Danault.

Après de longues minutes étendu sur la patinoire, Danault a quitté la glace sur une civière et a été transporté à l’hôpital pour y subir des tests plus approfondis.

Le bilan médical du Canadien, qui précisait que Danault était conscient et alerte, a été affiché sur l’écran géant pendant la troisième période.

Les nouvelles, tout de même positives dans les circonstances, ont été accueillies par des applaudissements respectueux de la part des amateurs.

«Quand on a su qu’il était conscient, c’était bon signe, mais tu mets le hockey un peu de côté, a noté Jonathan Drouin. Que ce soit un joueur de Boston ou de Montréal, tu ne veux pas voir un joueur étendu sur la glace comme ça.»

Dans l’autre vestiaire, Chara a paru inquiet lorsqu’il a été interrogé par les journalistes.

«Sur le jeu, j’ai reçu une passe par la bande et la rondelle bondissait peut-être un peu. C’est vraiment malheureux. Vous ne voulez jamais voir un joueur atteint à la tête ou au cou et être transporté à l’extérieur de la patinoire. Je lui souhaite de se rétablir rapidement.»

Sur la patinoire, Chara est demeuré près de Danault jusqu’à ce que ce dernier quitte, et il s’est même approché pour lui parler.

«Je voulais m’assurer qu’il était correct, a expliqué le vétéran des Bruins. Il me parlait et il me répondait et je me suis senti un peu mieux de voir qu’il semblait correct, plutôt que dans une position où il n’était pas capable de me répondre.»

Dans tout ça, les joueurs du Canadien ont dû retourner sur la patinoire et dans les circonstances, Claude Julien a trouvé qu’ils avaient bien répondu.

«C’est sûr que ç’a dérangé notre équipe. On n’aime jamais voir ça. Des blessures de ce genre, c’est toujours inquiétant. Entre la deuxième et la troisième période, j’ai tout simplement dit aux joueurs, une chose qui peut être bonne pour Phillip, c’est qu’il voit qu’on gagne le match.

«De ce côté-là, l’effort était là, a ajouté Julien. Ç’aurait pu aller d’un côté comme de l’autre. On joué un peu de malchance, mais on a eu autant de chances de gagner qu’eux. Je pense que les gars ont bien réagi, malgré ce qui s’est passé. En troisième période, j’ai trouvé qu’on a beaucoup donné pour essayer de gagner le match, en l’honneur de Phillip.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!