Graham Hughes / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Voici cinq moments marquants du match disputé samedi soir au Centre Bell entre les Bruins de Boston et le Canadien de Montréal.

Une première période plutôt calme

L’histoire de la rivalité Canadien-Bruins regorge de périodes spectaculaires et de moments électrisants. Ce ne fut pas le cas des 20 premières minutes du match de samedi. Les Bruins ont eu un léger avantage au chapitre des tirs au but, 11-9, mais les vraies occasions de marquer ont été très rares d’un côté comme de l’autre. Chez les Bruins, David Pastrnak a raté une opportunité en or pendant un avantage numérique lorsque son tir, décoché d’une vingtaine de pieds, a raté la cible à la droite de Carey Price. Peu de temps après, pendant la même pénalité mineure à Charles Hudon, Byron Froese s’est présenté au filet de Tuukka Rask, mais un beau repli de Matt Grzelcyk l’a empêché d’effectuer un tir de qualité.

Pacioretty continue sur sa lancée

La première moitié de la deuxième période s’est déroulée sous la même cadence que les 20 premières minutes, jusqu’à ce que la combativité de Paul Byron fasse son oeuvre et brise l’égalité de 0-0. Après avoir raté une belle chance de l’enclave, son tir ayant été dévié par un défenseur rival, le rapide patineur est allé récupérer la rondelle au centre de la patinoire et créé une échappée à deux contre un. Face au géant Zdeno Chara, Byron a glissé la rondelle à sa gauche vers Max Pacioretty, qui n’a eu aucune difficulté à inscrire son 15e de la saison et son septième à ses six derniers matchs, à 11:29 de la période médiane.

Un cadeau de Carey Price

Après le but de Max Pacioretty, le quatrième trio du Canadien a bourdonné autour du filet de Tuukka Rask, sans toutefois parvenir à doubler l’avance du Tricolore. Cette chance ratée est revenue hanter les hommes de Claude Julien moins de trois minutes après leur but. Comme c’est fréquemment le cas chez les Bruins, Patrice Bergeron, Brad Marchand et David Pastrnak ont envahi le territoire adverse. Bergeron a gagné une bataille derrière le filet de Carey Price et poussé la rondelle le long de la rampe, à la droite de Price. Pastrnak s’est emparé de la rondelle et en se retournant, a dirigé un tir d’apparence inoffensive qui a donné sur le patin gauche de Price avant de glisser derrière la ligne rouge.

Les Bruins frappent de nouveau, et vite!

Le Canadien a vécu un moment comme il en a connu beaucoup lors des premières semaines de la saison, concédant un deuxième but peu de temps après le précédent. David Pastrnak a réussi à faire déplacer le défenseur David Schlemko avant de relayer la rondelle à sa gauche à Torey Krug. Avant l’intervention de Byron Froese, le défenseur des Bruins a eu le temps de décocher un vif tir des poignets qui a battu Price dans la partie supérieure droite, du côté rapproché. Ce but de Krug, son premier depuis le 21 décembre contre les Jets de Winnipeg, est venu une minute 47 secondes après celui de Pastrnak et permis aux Bruins de retraiter au vestiaire avec une avance de 2-1.

Le dernier clou dans le cercueil

Pendant que le Canadien tentait de créer l’égalité, les Bruins croyaient bien avoir mis le match hors de portée, lors d’un avantage numérique. Patrice Bergeron a déjoué Carey Price, mais Claude Julien a contesté l’entrée en zone adverse des visiteurs, stipulant qu’il y avait eu hors jeu. La reprise lui a finalement donné raison, mais c’était mal connaître les Bruins, qui n’ont pas perdu en temps réglementaire depuis le 14 décembre. La troupe de Bruce Cassidy a continué à prendre d’assaut le filet du Tricolore et après plusieurs essais, David Pastrnak a fait virevolter la rondelle par-dessus Price, étendu sur la glace, pour inscrire son deuxième filet de la rencontre et ainsi planter le dernier clou dans le cercueil du Bleu-blanc-rouge.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!