Graham Hughes Graham Hughes / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — À sa seule visite de la saison au Centre Bell, l’Avalanche du Colorado a fait bien meilleure figure que lors de son désastreux passage de décembre 2016, alors qu’il avait perdu 10-1. Mais Jonathan Drouin s’est chargé de lui faire subir une autre défaite.

Drouin a inscrit un but et ajouté deux mentions d’aide et il s’est avéré l’artisan d’une victoire de 4-2 du Canadien de Montréal mardi soir au Centre Bell.

Le Canadien a signé un deuxième gain à ses six dernières sorties et mis fin à la séquence de dix victoires de l’Avalanche, qui n’avait pas perdu depuis le 27 décembre, et qui avait défait les Maple Leafs 4-2 lundi à Toronto.

On ne sait trop si la présence de Nathan MacKinnon, son ancien coéquipier avec les Mooseheads de Halifax, a fouetté Drouin mais toujours est-il qu’il a connu l’un de ses bons matchs de la saison.

«Il y a toujours une petite compétition. On a joué ensemble, on a tellement fait de choses ensemble. Tu sais qu’après le match on va se voir, et tu ne veux pas être le gars qui a perdu. Il connaît une bonne année et je suis content pour lui», a déclaré Drouin au sujet de ce rendez-vous très réussi avec MacKinnon.

L’attaquant de Sainte-Agathe a été particulièrement visible en deuxième période alors qu’il a participé aux buts de Nicolas Deslauriers (7e) et d’Alex Galchenyuk (12e), marqués en moins de trois minutes.

Drouin a ajouté son septième de la saison au troisième vingt après une belle passe de Jeff Petry, pour sa première soirée de trois points dans l’uniforme tricolore.

En fait, les choses ont tellement bien été pour Drouin qu’il a terminé la soirée avec huit mises en jeu gagnées en 11 tentatives, pour un taux de réussite de 73 pour cent.

Galchenyuk, qui a fait bouger les cordages en avantage numérique, a ajouté une mention d’aide sur le but de Deslauriers.

Brendan Gallagher a confirmé la victoire avec son 17e de la saison, dans un filet désert avec un peu plus d’une minute à jouer au temps réglementaire.

Mais cette victoire, contre la formation de l’heure dans l’Association ouest, n’a pas été uniquement l’affaire de Drouin et de Galchenyuk. Elle a été le résultat d’un solide effort d’équipe.

MacKinnon, qui vit une saison digne d’un candidat au trophée Hart, et ses coéquipiers de trio, Gabriel Landeskog et Mikko Rantanen, avaient été limités à seulement deux tirs pendant les deux premières périodes.

MacKinnon et J.T. Compher, tous deux en troisième période, ont déjoué Carey Price, qui n’a reçu que 22 rondelles.

À l’autre extrémité, Jonathan Bernier, qui n’a jamais gagné au Centre Bell, a bloqué 36 tirs.

Les hommes de Claude Julien ont également été fort efficaces en désavantage numérique, face à une équipe qui présentait un taux d’efficacité de 20,9 pour cent. En quatre tentatives dans pareille situation, l’Avalanche n’a obtenu que deux tirs.

«Les deux unités spéciales de l’Avalanche sont excellentes et j’ai été très satisfait de notre travail, autant avec l’avantage numérique qu’à court d’un homme», a affirmé Julien.

Le Canadien reprendra le collier jeudi soir en accueillant les Hurricanes de la Caroline.

Ce sera son dernier match avant la pause du match des Étoiles, en fin de semaine à Tampa.

Échos de vestiaire

Claude Julien, au sujet du fait que son équipe a pu contenir les efforts du trio de Nathan MacKinnon:

«Ça prend cinq joueurs sur la patinoire. Tu ne peux pas te fier à un joueur pour arrêter un trio comme celui-là. On a fait du bon travail au niveau du repli défensif et on n’a pas donné de surnombre contre ce trio. C’est vrai qu’il (MacKinnon) a marqué vers la fin du match, mais durant le reste de la rencontre, on a fait de l’excellent travail contre eux.»

Jonathan Drouin, au sujet du travail de l’ensemble de l’équipe face à l’Avalanche:

«Notre coup de patin, c’est notre force. Quand les attaquants appliquent de l’échec-avant, les défenseurs sont capables de s’avancer vers leur ligne bleue et fermer les ouvertures. Ça coupe leur vitesse. On savait que c’était une équipe avec du talent et de la vitesse, surtout de la jeunesse aussi. Il fallait qu’on rivalise avec leur vitesse et je pense qu’on a fait ça tout au long de la soirée.»

L’entraîneur-chef Jared Bednar, au sujet de la fin de la série de dix victoires de ses joueurs:

«Nous avons connu une belle séquence. Ça ne nous a pas permis de gagner bien des rangs au classement. Nous sommes au plus fort de la lutte et il reste encore beaucoup de hockey à jouer. La chose la plus importante est de tourner la page et d’être prêt jeudi et au-delà. Ce fut agréable, ce fut plaisant et nous allons tout faire pour en amorcer une autre.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!