Tim Donnelly/AP

Malgré un bon programme technique, jeudi, le Canada se retrouve loin dernière une place sur le podium en nage synchronisée par équipe. Une situation trop familière pour les Canadiennes.

La Russie, la Chine, l’Espagne et le Canada ont tous présenté des routines fortes, mais les juges ont attribué 94,4 points au Canada, 1,8 points derrière l’Espagne. C’est un fossé énorme à ce niveau. À la sortie de la piscine, les Canadiennes ont regardé le tableau géant. Quatrièmes. «Encore», se sont-elles dit, tentant de garder le sourire.

«C’est sûr qu’on est déçues de la note, a indiqué Élise Marcotte. On est encore collées au maudit 94. Mais on va se battre jusqu’au bout.»

Les filles présenteront, vendredi, à 10 h, leur programme libre, qu’elles préparent en cachette depuis un bon moment. «Ça va être difficile [de remonter], a avoué l’entraîneuse Julie Sauvé. Mais on a un programme vraiment spectaculaire.»

Sauvé n’a pas mâché ses mots en parlant du jugement dans son sport. «On a le seul programme qui fait évoluer la nage synchro, mais on dirait que les juges ne sont pas rendus là, a-t-elle lancé. Je suis à la veille d’aller coacher les juges…»

L’équipe canadienne n’est pas tant déçue de sa position au classement que du retard qu’elle occupe face aux autres équipes de son calibre. Avec le pointage au technique, les juges semblent démontrer qu’il n’y a pas de place pour du changement au classement. «On espérait que les juges allaient être plus généreux, a lâché Marcotte. Je crois qu’ils sont excessivement sévères avec le Canada en ce moment.»

Loin d’être résignées, les filles, souriantes, n’ont pas encore baissé les bras. «On va leur en mettre plein les dents, a assuré Élise Marcotte, avant que ses consœurs ne précisent qu’elle restait polie. On veut aller chercher le public, comme aujourd’hui. Si on n’a pas l’appui des juges, au moins on aura celui du public.»

Depuis 10 ans, aux dires de Julie Sauvé, le Canada a tenté d’amener le sport ailleurs, avec des routines qui sortent de l’ordinaire. Ironie du sort, le Canada n’est pas monté sur le podium olympique depuis Sydney, en 2000. «On ne veut pas retourner à la tradition, a indiqué la coach. Oui notre but est de gagner, mais on veut aussi apporter des changements à la synchro. Tant qu’à finir quatrième…»

Aujourd’hui, en nageant dans leur programme libre à thématique circassienne, les nageuses canadiennes seront donc en mission. Une mission quasi impossible, même si Élise Marcotte souligne que les juges sont plus ouverts d’esprit lors du programme libre. Souriantes, les filles le seront encore à la sortie de la piscine. Médaille au cou, leur sourire serait encore plus étincelant.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!