En plein cœur de la course aux séries, les membres de l’Impact se concentrent sur leurs performances et non sur le classement de la MLS.En faisant cela, Jesse Marsch et ses hommes adoptent la bonne attitude, surtout que leur situation risque de se compliquer au cours des prochaines semaines.

À première vue, l’Impact semble en excellente position pour accéder aux séries. En sixième position dans l’Est, la formation montréalaise n’est qu’à un point du D.C. United – qu’elle affronte samedi au stade Saputo – et de la cinquième et dernière place qui donne accès aux éliminatoires.

Par contre, le tout se corse quand on constate que l’Impact a disputé beaucoup plus de matchs que les équipes avec qui il se bat pour participer aux séries. Le onze montréalais a joué 27 parties jusqu’à maintenant, contre 23 pour le D.C. United et 24 pour le Chicago Fire, qui occupe le quatrième rang dans l’Est.

«Il est difficile d’analyser le classement en ce moment puisque les autres équipes ont plusieurs matchs en main, a expliqué Marsch hier après l’entraînement des siens au complexe sportif Claude-Robillard. D’une certaine façon, c’est positif, car ça nous permet de nous concentrer sur nos matchs.»

Le milieu de terrain Patrice Bernier voit les choses un peu différemment. «C’est sûr qu’on aurait aimé connaître des séquences victorieuses plus tôt cette saison, a indiqué le Québécois. Mais les autres équipes ont maintenant de la pression. Elles doivent gagner pour éviter qu’on les rattrape.»

Si le calendrier avait été construit autrement, la situation aurait pu être différente pour l’Impact. L’équipe d’expansion a souvent été en action au début de la saison avant que des joueurs comme Marco Di Vaio et Alessandro Nesta ne se joignent à elle. De plus, les joueurs se connaissaient à peine au départ et auraient gagné à s’entraîner davantage ensemble plutôt que d’accumuler les rencontres.

Sur la bonne voie
L’Impact vit ses meilleurs moments de la saison en ce moment, et cela a beaucoup à voir avec ses succès à domicile. Les montréalais ont remporté leurs quatre derniers duels, dont trois avaient lieu à la maison. «Nous sommes bons à domicile depuis longtemps, mais j’avoue que depuis que le stade [Saputo) est plein, on sent vraiment qu’on a un douzième joueur avec nous», a dit Patrice Bernier.

Jesse Marsch, pour sa part, ne craint pas que ces récents triomphes montent à la tête de ses joueurs. «Nous avons fait face à beaucoup d’adversité cette saison avec les blessures et le calendrier difficile et nous sommes toujours restés concentrés, a affirmé l’entraîneur.
Nous n’allons pas nous laisser aller maintenant que tout va bien.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!