MONTRÉAL — Il n’était pas question que Ken Hitchcock affirme que le Canadien de Montréal avait commis une erreur en ne faisant pas signer un nouveau contrat à Alexander Radulov l’été dernier, et il s’est assuré de passer le message de la façon la plus claire possible aux journalistes. Cependant, l’entraîneur-chef des Stars de Dallas ne pouvait s’empêcher de dire, mardi, à quel point il est heureux, et même chanceux, de l’avoir au sein de son équipe.

À son retour au Centre Bell pour la première fois depuis le 20 avril, Radulov a eu droit à un véritable concert d’éloges. Elles sont venues de Tyler Seguin et Jamie Benn, ses deux coéquipiers de trio, qui ont tour à tour vanté son énergie, son éthique de travail et ses qualités de leader.

«’Rad’ est une personne au comportement très contagieux. Dès que l’intensité augmente sur la patinoire, le niveau de son jeu s’élève. C’est incroyable ce qu’il a apporté à notre organisation», a affirmé Seguin.

Mais personne ne s’est montré plus élogieux que Hitchcock.

«Lorsque nous lui avons fait signer un contrat, nous pensions qu’il avait une attitude contagieuse dont notre équipe avait besoin», a déclaré Hitchcock lors d’une mêlée de presse.

«Il est un hockeyeur typiquement nord-américain. Il pourchasse la rondelle, il est combatif en échec-avant, il est énergique le long des rampes, il paie le prix, il est très résistant. Nous avions besoin de cet élément au sein de notre formation tous les jours pour que notre équipe avance de la bonne façon, pour montrer à nos jeunes joueurs, à ceux qui émergent, comment jouer et se comporter. Il est de la ‘vieille école’. Il sait tout ce qui se passe dans la ligue, chez les autres équipes. Il connaît ses adversaires, il sait contre qui il va jouer. La flamme du hockey brûle vraiment en lui», a déclaré Hitchcock.

Jeux de Sotchi

Tous ces traits de personnalité qu’il énumère de Radulov, Hitchcock en avait noté plusieurs quelques années auparavant. En 2014, pour être précis, aux Jeux de Sotchi. Hitchcock était alors l’un des adjoints de Mike Babcock avec Équipe Canada et Radulov représentait la Russie.

«Le vestiaire (des Russes) se trouvait à côté du nôtre et je l’ai vu tous les jours. J’ai vu de quelle façon il s’entraînait, l’impact qu’il avait sur ses coéquipiers. Même les joueurs plus vieux que lui le regardaient avec respect. Je me suis déplacé trois ou quatre fois juste pour le voir s’entraîner. En quittant Sotchi, nous nous disions que s’il revenait dans la LNH, il aurait un impact majeur à cause de sa façon de s’entraîner et de son niveau de compétitivité. C’est quelque chose que je ne voulais pas laisser filer.»

De la façon dont il s’est exprimé, Hitchcock voulait tellement voir Radulov se joindre aux Stars qu’on aurait pu l’accuser de harcèlement.

«Je l’ai pourchassé, a lancé le vétéran entraîneur-chef. Je savais où il se trouvait en Russie. Je savais où il se trouvait en Italie. Je ne l’ai pas lâché.»

Craig Ludwig, ancien défenseur du Canadien maintenant analyste aux matchs des Stars à la télé, est abasourdi par l’intensité que déploie Radulov soir après soir.

«Quand les Stars ont affronté le Canadien l’an dernier et que je l’ai vu à l’oeuvre, j’ai dit à un membre de l’organisation qu’il fallait absolument mettre la main sur ce joueur, à cause de sa façon de jouer. Il vous donne chaque goutte qu’il a en lui. Un vieux dicton dit ‘la volonté avant le talent’; il vous donne la volonté et il a le talent. Plus tôt cette saison, je me demandais même s’il allait être capable de maintenir cette cadence. Aussi, il a été incroyable avec les médias, avec les joueurs, dans le vestiaire, à l’extérieur de la patinoire et sur la glace. En fait, il est un très bel exemple pour tous les jeunes.»

Participer aux séries

Bien en selle avec les Stars, Radulov connaît la meilleure saison de sa carrière. Il compte déjà 60 points, deux de plus que son sommet personnel en carrière réalisé en 2007-2008, et son prochain but lui permettra d’égaler son plateau de 26, inscrit la même année.

Mais alors qu’il s’apprête à renouer avec des fans qui devraient lui réserver un bel accueil — contrairement à celui qu’il avait reçu à Nashville l’an dernier — Radulov ne se soucie que d’une chose: le classement de l’équipe.

Rien n’est acquis pour les Stars, qui ont amorcé la journée au septième rang dans l’Association Ouest, deux points devant l’Avalanche du Colorado.

«Au niveau individuel, c’est une bonne saison, mais globalement, l’objectif est de participer aux séries éliminatoires. Nous sommes dans une position difficile et nous le savons. Il nous reste encore plusieurs matchs et nous avons besoin de tous ces points. Le rendement individuel n’a aucune importance si on ne participe pas aux séries éliminatoires.»

Radulov a quand même pris le temps de rappeler toute son appréciation pour Montréal et les partisans de l’équipe. Et il a même remercié les dirigeants du Canadien.

«C’est agréable d’être de retour. Ici, tout tourne autour du hockey. Les gens aiment leur équipe et je me compte vraiment chanceux d’avoir pu jouer ici. J’ai beaucoup apprécié mon séjour. Et une fois de plus, je veux remercier l’organisation du Canadien de Montréal de m’avoir donné la chance de revenir dans la LNH.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!