MONTRÉAL — Adam Braidwood est venu mettre la table à un attendu duel face à Simon Kean en prenant facilement la mesure du Mexicain Jesus Manuel Paez, samedi, au Cabaret du Casino de Montréal.

Après seulement 2:15 d’action, Braidwood (12-1, 11 K.-O.) a mis fin à la soirée de travail de Paez (9-5, 7 K.-O.), qui n’a pas offert une opposition digne de ce nom, à l’aide d’une combinaison à la tête.

Une fois la fin du combat annoncée par l’arbitre Steve St-Germain, Braidwood s’est immédiatement mis à la recherche de Kean, venu assister à ce gala de son promoteur, Eye of the Tiger Management,

Kean est immédiatement monté sur le ring et les deux hommes se sont vertement engueulés. Le responsable des sports de combat à la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ), Michel Hamelin, s’est toutefois interposé avant que les esprits ne s’échauffent.

Au grand plaisir de la foule, on a alors annoncé que le contrat pour cet affrontement était maintenant signé. Les détails seront divulgués plus tard, mais Braidwood a déjà un combat de prévu le 28 avril face à Hugo Leon, à Edmonton. Kean (13-0, 12 K.-O.) doit quant à lui monter dans le ring du Centre Vidéotron, le 7 avril, face à Ignacio Esparza (21-2, 14 K.-O.).

Ç’a été l’un des rares moments de réjouissance pour les spectateurs sur place.

En demi-finale, l’aspirant no 7 des mi-moyens de la World Bozing Organization (WBO) Custio Clayton (14-0, 10 K.-O.) s’est facilement défait du Hongrois Gabor Kovacs (28-10-1, 7 K.-O.).

Après seulement 28 secondes au cours desquelles Clayton n’a cessé de marteler son adversaire, Kovacs — dont le dernier adversaire avait une fiche de 0-28-0! — s’est retrouvé au tapis et son homme de coin a rapidement signalé à l’arbitre St-Germain que sa soirée de travail était terminée.

Alors qu’Eye of the Tiger Management nous a habitués à des duels plus équilibrés par le passé, cinq des sept combats de la carte préliminaire à la finale mettant en vedette Steven Butler et Jaime Herrera, pour le titre international vacant des super mi-moyens de l’International Boxing Organization (IBO), se sont terminés dès le premier assaut.

C’est le cas du duel opposant Batyr Jukembayev à Noe Nunez, au cours duquel Jukembayev (12-0, 10 K.-O.) n’a probablement pas versé une goutte de sueur. En 36 secondes, il a eu le temps d’envoyer Nunez (18-6-1, 13 K.-O.) deux fois au tapis et l’arbitre a rapidement mis fin au combat.

Artur Ziatdinov (4-0, 4 K.-O.) aura quant à lui mis plus de temps à marcher vers le ring au son de «Burning Heart» du groupe Survivor qu’à terrasser Markhaile Wedderburn (2-2, 2 K.-O.). Le lourd léger d’origine russe a envoyé deux fois l’Albertain au tapis avant que l’arbitre Yvon Goulet ne mette fin aux hostilités à exactement 3:00.

Plus tôt, le super mi-moyen de St-Hyacinthe Raphaël Courchesne (2-0, 1 K.-O.) et le Mexicain Luis Acuna Rojas (2-3) ne se sont pas fait de cadeau, mais Courchesne a été trop insistant, fracturant le nez de son adversaire, qui ne s’est pas relevé du coin pour le début du deuxième assaut.

Évidemment, les promoteurs ne peuvent pas prévoir ce genre de désastre. Les handicapeurs d’Eye of the Tiger nous avaient toutefois habitués à mieux.

On a toutefois eu droit à toute une bagarre en début de gala. Ablaikhan Khussainov (8-0, 5 K.-O.) et Gilberto Meza (8-4-1, 5 K.-O.) ont offert tout un spectacle, s’échangeant coups pour coups pendant huit rounds. Même si le Mexicain l’a envoyé au tapis au septième grâce à un uppercut du gauche au foie, le Montréalais d’origine kazakhe a signé une victoire par décision unanime. Deux juges lui ont octroyé la victoire 77-74, le troisième 76-75.

Retour progressif pour Bazinyan

À son premier combat avec Stéphan Larouche et Pierre Bouchard dans son coin, Erik Bazinyan (18-0, 13 K.-O.) a servi une leçon de boxe au Hongrois Ferenc Albert (26-13, 14 K.-O.) dans un combat disputé à 183 livres.

Ferenc a visité le tapis aux premier et deuxième rounds, avant de se retrouver trois fois sur son séant au troisième, forçant l’arrêt des hostilités à 2:35.

En conflit contractuel avec Rixa Promotions, Bazinyan se battait pour la première fois depuis le 9 septembre dernier. C’est pourquoi il souhaitait un combat sans contrainte de poids, mais il souligne qu’il pesait 178 livres lors de la pesée officielle. Il compte reprendre le collier chez les 168 livres à son prochain combat.

Bazinyan souhaiterait aussi signer un contrat avec Eye of the Tiger management, qui lui a offert gracieusement une place sur son gala samedi.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!