MONTRÉAL — Toute la semaine, Steven Butler a dit avoir des comptes à régler face à Jaime Herrera. Il a remis les pendules à l’heure, samedi, au Casino de Montréal.

Les deux hommes s’étaient livré un nul majoritaire le 20 juin 2015, au Centre Bell. Deux juges avaient donné 75-75, mais le troisième avait octroyé le combat 77-74 à l’Américain. Butler avait ce résultat sur le coeur.

Après avoir envoyé son adversaire au tapis trois fois, Butler (23-1-1, 20 K.-O.) a finalement forcé l’arbitre Yvon Goulet à stopper le combat après 2:00 au 10e et dernier round d’un combat au cours duquel le Montréalais aura beaucoup appris.

Herrera (15-6-1, 8 K.-O.) venait d’essuyer une combinaison de crochets de la gauche et de la droite au visage, qui, sans l’envoyer au tapis, l’a fait vaciller. Butler a senti l’occasion et a pourchassé son adversaire jusqu’à l’autre bout du ring, où il a continué de le marteler, jusqu’à ce que Goulet s’interpose.

Ce combat a également laissé des traces. Butler n’a pas pu rencontrer les médias après la soirée, devant recevoir des points de suture à l’oeil gauche. Il s’est également blessé à l’épaule, ce qui l’a empêché de lever les bras au ciel à la suite de sa victoire.

«D’habitude, on ne parle pas de blessures, je ne devrais peut-être pas vous dire cela, a souligné son entraîneur, Rénald Boisvert. Je ne sais pas s’il est blessé au haut du corps ou au bas du corps!», a-t-il ajouté à la blague, en imitant les méthodes utilisées dans la LNH.

Butler a dominé ce combat de bout en bout, sauf peut-être pour un bref moment au cinquième. Ça ne veut pas pour autant dire qu’il a livré un combat parfait: Boisvert avait plusieurs choses à reprocher à son protégé quand il a rencontré les journalistes.

«Bien que je sois inspiré par cette victoire, je suis aussi un peu déçu, a-t-il admis. Il y a encore beaucoup de choses que nous devrons améliorer. C’était un combat facile par moment, mais difficile en d’autres occasions.

«Quand il a suivi le plan de match — jabs, aller de haut en bas — c’était facile pour lui, il se donnait des ouvertures pour les coups en puissance. Mais quand il perd sa concentration, il ne lance plus son jab ou il se laisse emporter.»

Boisvert souhaiterait également que son protégé ne croie pas que le combat est terminé avant qu’il ne le soit vraiment.

«Son histoire de ‘push-ups’ au troisième round, je n’ai pas aimé ça. (…) Il ne faut jamais prendre ses adversaires à la légère. Ce n’est jamais terminé tant que ce n’est pas terminé.»

Départ canon

Il avait amorcé le combat en force, lançant plusieurs jabs incisifs dès le premier round, fracturant le nez de son adversaire. Au round suivant, il a envoyé l’Américain deux fois au tapis.

La première fois à la suite d’un percutant crochet du gauche, lancé sans avertissement. La deuxième, avec à peine une seconde à faire dans l’affrontement, après avoir essuyé une pluie de coups.

Butler a varié les plaisirs au troisième, boxant en position gaucher une bonne partie de l’assaut, remportant la grande majorité des échanges. Boisvert a toutefois précisé que sa blessure à l’épaule n’était peut-être pas étrangère à ce changement de tactique.

Après un quatrième plus tranquille, mais de nouveau dominé par Butler, Herrera a connu ses meilleurs moments au cinquième, atteignant solidement le Montréalais en quelques occasions, notamment d’un puissant crochet du gauche, qui a assurément fait réfléchir son adversaire. Ce cinquième assaut a d’ailleurs laissé des marques: Butler est revenu avec l’oeil gauche tuméfié au sixième.

Au septième, Herrera a visité le tapis une troisième fois en tombant dans le piège tendu par Butler, qui lui a asséné une solide droite qui a laissé l’Américain «knocké» debout. Un crochet de gauche l’a finalement envoyé au tapis, mais Herrera s’est de nouveau relevé.

Même s’il a paru fatigué, Butler a disposé de suffisamment d’énergie pour continuer son travail de démolition jusqu’au 10e.

Maintenant, Camille Estephan, président d’Eye of the Tiger Management, souhaite donner un combat significatif à Butler le 23 juin — s’il est en mesure de reprendre rapidement l’entraînement — avant de lui offrir un combat revanche contre Brandon Cook en septembre.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!