Paul Vernon Paul Vernon / The Associated Press

COLUMBUS, Ohio — Trois matchs consécutifs nécessitant une prolongation pour commencer les séries éliminatoires? Pas de problème.

C’est ce que répétaient les joueurs des Blue Jackets de Columbus et des Capitals de Washington après la rencontre de mardi soir, quand le centre des Capitals Lars Eller a mis fin au débat en deuxième période supplémentaire.

«Ce n’était pas joli», a reconnu Eller, alors que la rondelle a aussi ricoché contre le défenseur des Blue Jackets Zach Werenski avant de franchir la ligne des buts.

Ce n’était peut-être pas joli, mais c’était exactement ce dont les Capitals avaient besoin après avoir perdu les deux premiers matchs de la série en prolongation et devant leurs partisans. Les Capitals ont eu besoin de 89 minutes pour gagner la troisième rencontre, la partie la plus longue de l’histoire des Blue Jackets.

Lors des 26 premiers matchs des séries éliminatoires de la LNH, quatre ont nécessité une prolongation, dont trois dans la série entre les Capitals et les Blue Jackets. C’est la sixième fois seulement dans l’histoire de la LNH que les trois premières parties d’une série nécessitent une prolongation.

Les deux équipes croiseront à nouveau le fer jeudi. Les Blue Jackets mènent la série 2-1. Et malgré le temps supplémentaire accumulé sur la glace, personne n’est fatigué. Du moins, personne n’ose le dire.

«Je ne vois personne s’écraser sur la glace, a dit le capitaine des Blue Jackets, Nick Foligno. Nous sommes en excellente condition physique à ce temps-ci de l’année. Je ne crois pas que c’est quelque chose qui va nous inquiéter.»

L’entraîneur-chef des Capitals, Barry Trotz, a pour sa part mentionné que son équipe était habituée à cette situation.

«Les séries, ce sont des batailles de volonté, même s’il n’y a pas de prolongation, a-t-il dit. La prolongation, ça vous force à rester concentrés même si vous êtes fatigués. Vous devez rester dans le moment présent. Vous nous pouvez pas prendre de raccourci ou tricher, parce que c’est à ce moment-là que la rondelle va se retrouver dans le fond de votre filet.»

De son côté, l’entraîneur-chef des Blue Jackets, John Tortorella, croit aussi que sa troupe va s’en sortir.

«Si nous sommes fatigués après trois matchs, il y a un problème, a-t-il affirmé. Ce n’est que le début. Oui, la rencontre a été longue l’autre soir, mais ça fait partie du hockey des séries. Je crois que vous ne pouvez pas parler de fatigue tant que vous n’avez pas franchi quelques rondes.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!