The Associated Press Pekka Rinne

DENVER — L’Avalanche du Colorado avait la vitesse et la jeunesse. Les Predators de Nashville ont répliqué avec l’expérience et le savoir-faire.

Mattias Ekholm a amorcé la poussée offensive de son équipe et les Predators ont éliminé l’Avalanche grâce à une victoire de 5-0, dimanche soir, lors du sixième match de la série.

Austin Watson, Filip Forsberg, Nick Bonino et Viktor Arvidsson ont touché la cible pour les Predators, qui se mesureront maintenant aux Jets de Winnipeg. Les Predators ont gagné trois des cinq affrontements cette saison (3-1-1). Pekka Rinne a stoppé 22 rondelles pour signer un premier jeu blanc dans cette série.

«Je suis très impressionné par la façon dont l’Avalanche a joué. Ils ont joué du hockey moderne et très rapide, a analysé Rinne. C’était un bon match et un bel effort d’équipe. Nous ne leur avons donné aucun espoir.»

Les Predators n’ont pas laissé planer le doute en trouvant le fond du filet deux fois en première période. Ils ont ajouté deux buts lors de la période médiane pour faire taire les partisans présents au Pepsi Center.

«Je crois que c’était notre meilleur match du début à la fin, a souligné Watson. C’est bon pour nous pour la suite des choses, d’être capables de prendre cette partie et de la transposer dans la façon dont nous voulons jouer la prochaine série.»

La magie d’Andrew Hammond n’a pas fait son effet pour une deuxième partie de suite, car il a cédé cinq fois devant 37 lancers. Celui qui est surnommé le «Hamburglar» avait repoussé 44 tirs lors du cinquième duel de la série, permettant à l’Avalanche de garder espoir.

«C’est décevant pour nous et pour les partisans, a affirmé le capitaine de l’Avalanche, Gabriel Landeskog. Ça veut dire beaucoup pour nous cette ovation debout à la toute fin.»

Watson a malmené l’Avalanche avec quatre buts et sept points dans cette série de première ronde. En tout, 11 attaquants ont au moins amassé un point lors des six rencontres.

La seule chose qui manquait pour les Predators, c’était la contribution offensive des défenseurs, qui avaient égalé un record d’équipe pour le plus grand nombre de buts en une saison. Ekholm a remédié à la situation grâce à un boulet de canon à 7:02 du premier engagement.

Watson a sauté sur un retour de lancer de Colton Sissons un peu plus de trois minutes plus tard. Forsberg a quant à lui porté un dur coup à l’Avalanche en procurant une avance de 3-0 aux Predators dès la 38e seconde de la deuxième période.

L’Avalanche croyait bien avoir percé la muraille de Rinne au second tiers, quand Nikita Zadorov a fait bouger les cordages, mais le but a été refusé en raison d’une obstruction envers le gardien causée par Carl Soderberg. La formation du Colorado n’a jamais pu se relever par la suite.

Ce fut toute une saison pour l’Avalanche, qui représente une des plus jeunes équipes de la LNH. Les hommes de Jared Bednar avaient récolté 48 points en 2016-17 et ils ont fait augmenter ce total à 95 cette saison. Ils ont d’ailleurs obtenu leur laissez-passer pour les séries en gagnant leur dernier match de la saison, contre les Blues de St. Louis.

«Il y a assurément beaucoup de positif, a mentionné Nathan MacKinnon. Tout le monde croyait que nous n’allions pas participer aux séries et que nous allions être l’équipe qui paraît le moins bien dans l’Association Ouest. Ça fait du bien de prouver aux gens qu’ils ont tort.»

Lors de la traditionnelle poignée de main, l’entraîneur-chef des Predators, Peter Laviolette a eu de bons mots pour MacKinnon.

«Il m’a confié qu’il croyait que notre équipe allait surprendre dans les prochaines saisons, un peu comme eux l’ont fait, a raconté MacKinnon. C’est une bonne équipe en qui tu veux être comparé.»

L’Avalanche s’est toutefois butée à une puissante équipe des Predators, qui semble aussi dangereuse que l’an dernier, lorsqu’elle avait atteint la finale de la coupe Stanley. La troupe de Laviolette a remporté le trophée des Présidents cette saison, qui récompense l’équipe ayant amassé le plus de points (117).

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!