PARIS — S’il y a une joueuse qui ne devrait pas trop craindre le retour de Serena Williams aux Internationaux de France, c’est certainement Garbine Muguruza.

Malgré son irrégularité sur la terre battue jusqu’ici cette saison, Muguruza, double championne en Grand Chelem, figure parmi les favorites à Roland Garros, où elle a remporté son premier titre majeur il y a deux ans en battant Williams en finale.

Muguruza et Williams ont joué cinq fois l’une contre l’autre, et l’Espagnole, née au Venezuela, l’a emporté deux fois contre elle en France. À sa deuxième présence à Roland Garros en 2014, Muguruza a créé une véritable onde de choc quand elle a écarté la championne en titre 6-2 et 6-2 dès le deuxième tour.

Cette année, Muguruza, troisième tête de série, et Williams pourraient se retrouver dès les quarts de finale. Williams prend part à son premier tournoi du Grand Chelem depuis qu’elle a donné naissance à sa fille en septembre et elle n’a pas disputé un tournoi majeur depuis sa victoire aux Internationaux d’Australie en janvier 2017.

«Si cela se concrétise, ce sera le meilleur match des quarts de finale», a confié Muguruza.

La préparation de Muguruza pour le tournoi français est loin d’avoir été optimale puisqu’elle a gagné seulement deux matchs sur terre battue. Après sa défaite aux mains de Daria Kasatkina à l’omnium de Madrid, elle a perdu son match d’ouverture contre Daria Gavrilova la semaine dernière à Rome.

Mais l’élégante et puissante Muguruza n’est pas inquiète. Après tout, elle avait perdu 6-1 et 6-0 contre Barbora Strycova à Eastbourne l’année dernière à son dernier tournoi préparatoire avant Wimbledon, puis a remporté le titre au All England Club.

«Il ne sert à rien d’être triste à propos de ce qui s’est passé à Rome, parce que actuellement ça n’a plus vraiment d’importance. C’est vrai que je n’ai pas joué beaucoup de matchs, a-t-elle convenu. Mais j’estime avoir eu mes chances mais elles m’ont échappées. Éventuellement, ça finira par aller de mon côté.»

Après sa victoire contre Williams en finale en 2016, la tentative de Muguruza de défendre son titre a été contracarrée au quatrième tour l’an dernier par la favorite locale Kristina Mladenovic devant une foule partisane sur le court Suzanne Lenglen.

Elle a souligné que le fait de ne pas être la championne en titre cette année l’aidera à adopter une approche plus détendue. La preuve en est qu’elle ne connaissait même pas l’identité de son adversaire au premier tour jusqu’à ce qu’un journaliste lui pose une question sur ses sentiments à l’idée d’affronter l’ancienne gagnante des Internationaux de France, Svetlana Kuznetsova, au premier tour.

«Bien sûr, être la championne en titre pour la première fois, cela ajoute beaucoup de pression et d’attente. Et c’est certain que j’aborde cette fois le tournoi avec une approche différente, a déclaré Muguruza. Je suis plus détendue.»

Muguruza a hérité d’un tableau compliqué à la suite du tirage au sort. Si elle l’emporte contre Kuznetsova, elle pourrait avoir rendez-vous avec la Russe Anastasia Pavlyuchenkova au troisième tour, puis elle pourrait affronter l’Américaine CoCo Vandeweghe, qui a récemment disputé la finale à Stuttgart.

Le coup d’envoi du tournoi sera donné dimanche.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!