Jacques Boissinot Jacques Boissinot / La Presse Canadienne

QUÉBEC — Custio Clayton a dominé l’Anglais Stephen Danyo en demi-finale du choc Lemieux-Achour, samedi, au Centre Vidéotron, lui permettant de défendre avec succès son titre international des mi-moyens de la World Boxing Organization (WBO), en plus d’ajouter le titre vacant international de l’International Boxing Federation (IBF).

Clayton (15-0, 10 K.-O.) a obtenu une note parfaite pour cette victoire par décision unanime, les trois juges remettant des cartes de 120-108.

Après un premier round moins incisif, Clayton a été intraitable, ne laissant que des miettes à Danyo (14-1-3, 6 K.-O.), qui a subi une première défaite chez les professionnels.

Pourtant, au premier round, le pugiliste de Manchester a connu quelques bons moments, repoussant le boxeur de Dartmouth grâce à sa plus longue portée. Mais une solide combinaison de Clayton au deuxième — un solide crochet de la droite au visage suivi d’une gauche au corps — a semblé scier les jambes de son adversaire.

Custio, septième aspirant au titre WBO détenu par l’Australien Jeff Horn, a dominé tous les affrontements par la suite. Au quatrième, il a de nouveau placé une bonne combinaison des deux mains au visage de Danyo, neuvième aspirant de la WBO.

Le Montréalais d’adoption n’a pas lâché d’une semelle son opposant, si bien qu’à la fin du septième, il a pu porter un solide direct au menton de Danyo, qui s’est retrouvé en défense totale dans les câbles, essuyant une pluie de coups jusqu’au son de la cloche, sans flancher.

Après des huitième et neuvième assauts moins tranchants, Clayton a de nouveau ouvert la machine au 10e, plaçant de nombreuses droites lancées en puissance. Si Danyo a tenté quelques répliques, elles ont été sans conséquence.

Au 12e, malgré l’urgence de la situation, Danyo a boxé comme s’il venait de remporter les 11 premiers échanges.

Jukembayev a eu chaud

Batyr Jukembayev (13-0, 11 K.-O.) a trimé dur pour mettre la main sur le titre vacant continental des Amériques des super-légers du World Boxing Council (WBC) face à Jonathan Jose Eniz (20-10-1, 7 K.-O.).

L’Argentin en a donné pour son argent à Jukembayev dans ce combat. Dès le premier round, Eniz a atteint solidement le Kazakh en quelques occasions, dont une gauche qui a fait vaciller le protégé de Stéphan Larouche. Eniz a répété ce scénario au deuxième, alors que plusieurs gauches ont touché solidement Jukembayev.

Ce dernier a repris ses esprits et a eu le dessus dans les deux rounds suivants, mais au cinquième, Jukembayev a visité le tapis pour la première fois de sa carrière à la suite d’une solide gauche au visage. Eniz a tenté d’en finir, mais en vain.

Après un sixième plus incisif de Jukenmbayev, il a ouvert la machine au septième. Un crochet de droite lancé en contre-attaque a envoyé au tapis Eniz une première fois. À la reprise, l’Argentin s’est retrouvé en sérieuses difficultés et a lancé volontairement son protecteur buccal. L’arbitre Alain Villeneuve lui a alors décerné un point de pénalité.

Après une deuxième chute d’Eniz, Jukembayev n’a cessé de le marteler de coups, si bien que Villeneuve a mis fin au combat à 2:34.

Bazinian récidive

Le nouveau venu d’Eye of the Tiger Management Erik Bazinian (19-0, 14 K.-O.) a réussi une deuxième mise hors de combat en autant de duels depuis qu’il a quitté Rixa pour sa nouvelle écurie. Cette fois, c’est l’Argentin Alejandro Gustavo Falliga (30-12-5, 16 K.-O.) qui a subi les foudres du mi-lourd montréalais.

Après deux rounds plutôt tranquilles, Bazynian a envoyé trois fois Falliga au tapis au troisième. La première, l’Argentin n’a pas venu venir une combinaison en puissance droite-gauche à la tête. Les deux chutes suivantes ont été provoquées par des crochets au corps. L’arbitre Martin Forest n’a eu d’autre choix que de mettre fin aux hostilités à 1:38.

Thibault séduit son public

Vincent Thibault (4-0, 2 K.-O.) a pu compter sur l’appui de nombreux partisans pour son affrontement face à l’Argentin Carlos Jerez (45-21-4, 18 K.-O.). Le super-moyen de Charlesbourg ne les a pas déçus. Le boxeur de 25 ans a été beaucoup plus incisif et précis que Jerez, ce qui lui a permis d’engranger une victoire par décision unanime. Deux juges ont noté 59-55, l’autre a déduit deux points de plus à Jerez aux quatrième et sixième pour un 59-53.

Andranik Grigoryan (6-0, 1 K.-O.) et le poids plume mexicain Jesus Amparan (12-1, 11 K.-O.) se sont livré un combat endiablé qui a grandement plus à la foule. Quand la cloche finale a retenti, les spectateurs du Centre Vidéotron se sont levés d’un trait pour acclamer les boxeurs. Grigoryan est toutefois le seul à être ressorti avec une fiche immaculée de ce duel, signant une victoire par décision unanime. Les trois juges ont remis une carte de 59-55.

Nurzat Zabirov (6-0, 5 K.-O.), qui se bat maintenant chez les mi-lourds, a pour la première fois de sa carrière dû livrer six rounds de boxe face au Mexicain Rolando Paredes (13-7-2, 10 K.-O.), qui a offert une vive opposition. Les trois juges ont toutefois noté avec justesse que le Kazakh avait gagné tous les rounds.

Akhmedov expéditif

Saddridin Akhmedov (2-0, 2 K.-O.), a démontré toute sa force de frappe en foudroyant l’Argentin Ariel Alejandro Zampedri (9-4, 7 K.-O.) d’un retentissant uppercut du gauche au foie après seulement 84 secondes d’activités. Zampedri a immédiatement signalé à son coin que sa soirée de travail était terminée quand il s’est agenouillé dans le ring.

On souhaitait ensuite apprécier le talent du lourd Arslanbek Makhmudov (3-0, 3 K.-O.), mais le Mexicain Elder Hernandez (5-2, 3 K.-O.) a offert une performance rien de moins que honteuse, se couchant trois fois en 67 secondes. Makhmudov a dépensé plus d’énergie à marcher vers le ring.

En début de soirée, Sébastien Roy (4-0, 1 K.-O.) a comblé ses nombreux et bruyants partisans de Thetford Mines en signant une victoire par décision unanime face à Patrick Lafleur (1-3-1, 1 K.-O.). Le mi-moyen a obtenu la faveur des trois juges par des pointages de 40-36 et 39-37 (deux fois).

À son premier combat professionnel, Ariane Goyette (0-1) s’est inclinée par décision partagée devant la Manitobaine Christina Barry (1-4). La super-légère de Longueuil a visité le tapis dès le premier round. Deux juges ont remis des cartes de 39-36 en faveur de Barry; le troisième a vu un combat de 39-37 en faveur de la Québécoise.

Finalement, le super-mi-moyen Raphaël Courchesne (3-0, 2 K.-O.) a signé une deuxième victoire par K.-O. quand l’arbitre Alain Villeneuve a mis fin à son duel contre l’Argentin Ivan Banach (4-3, 2 K.-O.) après 2:39 du deuxième round.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!