Win McNamee/Getty Mohamed Ali

WASHINGTON — Le président américain Donald Trump a fait savoir vendredi qu’il envisage «très sérieusement» de gracier à titre posthume l’ancien champion de boxe Muhammad Ali, même si la Cour suprême a éventuellement annulé sa condamnation.

M. Trump a indiqué aux journalistes qu’il étudie des «milliers de noms» de gens qui pourraient être graciés.

M. Trump a déjà accordé un pardon posthume à Jack Johnson, le premier Noir à avoir été champion poids lourd. M. Johnson avait été reconnu coupable d’avoir enfreint une loi qui interdisait de transporter une femme d’un État à un autre à des fins «immorales».

M. Ali a refusé de rejoindre les rangs de l’armée pour la guerre du Vietnam, en se décrivant comme un objecteur de conscience. Il a été reconnu coupable d’insoumission.

Son combat juridique a pris fin en 1971 quand la Cour suprême a tranché en sa faveur.

On ne comprend pas exactement pourquoi M. Ali aurait besoin d’une intervention du président, puisqu’il n’a pas de casier judiciaire. La Maison-Blanche n’a pas immédiatement répondu à une demande d’explications.

M. Ali est décédé en 2016.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!