PARIS — Sloane Stephens amorcera avec confiance la finale des Internationaux de France face à la numéro un mondial Simona Halep en vertu de sa fiche de 6-0 en finales de tournois.

«Je suis plutôt calme en tout temps sur le court. Je ne me laisse jamais mes émotions fluctuer beaucoup, a déclaré l’Américaine. Je pense que ça m’a aidée jusqu’ici.»

Halep a quant à elle une fiche de 0-3 quand un titre majeur est en jeu.

«Souhaitons que (samedi), je sois meilleure que lors des occasions précédentes», a laissé tomber la Roumaine.

Les deux femmes qui se disputeront la finale sur l’argile de Roland-Garros samedi ont une chose en commun: elles n’abandonnent jamais. Halep, qui a un an de plus que Stephens à 26 ans, sont parmi les meilleures joueuses du circuit pour rejoindre des balles sur le court et obliger leurs adversaires à jouer toujours un coup de plus.

Et ça ne veut pas dire qu’elles se contentent de retourner la balle. Les deux joueuses ont appris à identifier les meilleurs moments pour jouer de façon agressive. Elles peuvent passer d’un jeu défensif à offensif en un clin d’oeil.

«Elles bougent bien sur le court. Celle qui pourra demeurer dans l’échange le plus longtemps devrait l’emporter», a noté Madison Keys, qui s’est inclinée devant Stephens, tête de série no 10, en demi-finales et en finale des Internationaux des États-Unis en septembre.

«Les deux se ressemblent aussi dans le sens où si vous pouvez les forcer à quitter le fond du court, vous vous ouvrirez plusieurs possibilités, a-t-elle poursuivi. Mais si vous tentez de jouer les angles, c’est plutôt vous qui vous retrouverez à courir partout — et à souffrir.»

Cet affrontement pourrait donc être très long: aucune des deux finalistes n’accepte de concéder un point, même quand il semble perdu. Pas plus qu’elles ne concèdent le match, comme on a pu le constater dans ce tournoi.

Stephens était à deux échanges d’une défaite contre Camila Giorgi au troisième tour avant de venir de l’arrière pour l’emporter 8-6 au troisième set. Halep ne pouvait amorcer son tournoi de pire façon, alors qu’elle s’est retrouvée à 0-5 dans la première manche de son match de premier tour contre Alison Riske.

Halep a aussi perdu la première manche de son quart de finale face à Angelique Kerber, mais elle a réussi à faire tourner le vent.

«Elle gère beaucoup mieux la pression. Le fait d’être devenue no 1 lui a donné une stature différente. Elle gère mieux plusieurs aspects du sport depuis, notamment du côté psychologique, a indiqué Virginia Ruzici, championne de l’édition 1978, mais également gérante de Halep. Maintenant, elle veut un premier titre du Grand Chelem, et elle le dit ouvertement. Avant, elle n’osait pas le dire.»

Halep a une fiche de 16-14 en finales sur le circuit de l’ATP, mais elle a subi deux de ces revers à Roland-Garros, en 2014 (Maria Sharapova) et 2017 (Jelena Ostapenko). Elle s’est aussi inclinée devant Caroline Wozniacki en finale à Melbourne, en janvier dernier.

«C’est un peu différent, car j’ai plus d’expérience dans ce genre de situation, a expliqué Halep. Mais on ne peut pas savoir à l’avance; chaque match est différent.»

Elle a par contre une fiche de 5-2 contre Stephens, dont quatre victoires à leurs quatre derniers affrontements.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!