Hassan Ammar Hassan Ammar / The Associated Press

MOSCOU — Vêtues de jeans, de foulards et de voiles, des dizaines de Saoudiennes drapées du drapeau vert de leur pays, le visage peint en vert pour certaines, ont afflué jeudi vers le stade Loujniki de Moscou pour encourager leur équipe nationale face à la Russie lors du match d’ouverture de la Coupe du monde.

Plus important encore, peut-être, elles projetaient l’image d’une nouvelle Arabie saoudite où elles émergent lentement dans la vie publique après des décennies d’inégalité intransigeante, dans le cadre des réformes ambitieuses entreprises par le prince héritier du pays.

Le royaume conservateur, où une grande partie de la vie est régie par les lois islamiques, a révolutionné certaines de ses pratiques les plus oppressives envers les femmes cette année. En janvier, les Saoudiennes ont ainsi obtenu accès aux stades sportifs pour des matchs de football, mais elles demeurent confinées à la «section familiale», loin des hommes assis ailleurs.

Les autorités saoudiennes ont également levé l’interdiction faite aux femmes de conduire, la seule politique du genre en vigueur dans le monde. La décision entrera officiellement en vigueur le 24 juin et mettra fin aux plaintes de longue date des Saoudiennes qui devaient embaucher des conducteurs masculins coûteux, utiliser des taxis ou compter sur des hommes de leur famille pour leurs déplacements.

«D’un point de vue général, je dirais que les femmes qui viennent en Russie pour soutenir l’équipe nationale sont un pas de plus vers l’égalité», estime Nada Altuwaijry, une spécialiste des médias formée au Royaume-Uni originaire de la capitale saoudienne, qui dit être passionnée de soccer depuis l’âge de 12 ans.

«Éventuellement, nous atteindrons l’égalité entre les hommes et les femmes, je suis très optimiste. Demandez au hasard à n’importe quelle personne ce qu’elle pense de l’Arabie saoudite et la réponse sera très positive», a assuré la femme de 27 ans, dont le visage arborait un motif de palmier dattier peint en vert, une ligne verte bédouine sur le menton et qui portait un drapeau saoudien sur ses épaules.

Mme Altuwaijry s’est rendue en Russie accompagnée d’un collègue qu’elle présente comme étant son frère, mais elle explique que cela ne lui aurait pas posé de problème d’y aller seule, ce que peu de Saoudiennes auraient fait il y a un an.

Une ambiance festive et détendue

En achetant des souvenirs de la Coupe du monde avant de se rendre au stade, elle a côtoyé des femmes, des hommes et des enfants du monde entier dans une ambiance festive lors d’une journée d’été ensoleillée à Moscou, à l’extérieur du stade Loujniki.

D’autres Saoudiennes étaient pareillement drapées du drapeau saoudien ou l’agitaient avec enthousiasme. Certains portaient des affiches du prince Mohammed ben Salmane, l’héritier du royaume âgé de 32 ans et instigateur de la récente vague de réformes. Le prince assistait au match de jeudi et était assis à côté du président de la FIFA, Gianni Infantino, et du président russe Vladimir Poutine.

D’une certaine manière, permettre aux Saoudiennes d’assister à un premier match de soccer en janvier et leur présence dans le stade russe jeudi est un triomphe pour le sport, en tant qu’événement qui rassemble les gens. Les Saoudiennes — dont plusieurs assistaient pour la première fois un match de soccer en sol étranger — se mêlaient aux autres participants dans une atmosphère cosmopolite et insouciante à l’extérieur du stade. Longtemps considérées comme timides ou distantes, elles posaient pour des photos à l’extérieur du stade avec des gens qu’elles ne connaissaient même pas.

Reem Al-Muteiry s’est rendue à Moscou avec sa mère et ses frères et sœurs, grâce à un voyage tout payé offert par la plus haute instance sportive du royaume. Vêtue d’une robe longue et d’un hijab, la fonctionnaire de 25 ans a déclaré qu’elle s’intéressait assez peu au soccer.

«Mais je suis venue ici pour le bien de notre équipe nationale, a-t-elle expliqué. La présence de femmes saoudiennes ici devrait être une source de fierté pour le royaume et l’équipe.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!